Voïvodie de Petite Pologne

Małopolskie

 

 

15 100 km²

3 460 000 habitants

Capitale : Krakow (Cracovie)

756 000 hab



Oswiecim, Auschwitz

Source : Journal Ouest-France du 27 janvier 2015.


Wadowice

Karol Jozef Wojtyla était le plus jeune des trois enfants de Karol Wojtyla et d'Emilia Kaczorowska
Karol Jozef Wojtyla était le plus jeune des trois enfants de Karol Wojtyla et d'Emilia Kaczorowska

 

 

 

Wadowice est une ville du Sud de la Pologne, à 50 km de Cracovie, dans la voïvodie de Petite-Pologne. Au 31 décembre 2004, le nombre d'habitants s'élève à 19 400

 

 

 

 

 

 

 

Personnalités de Wadowice
Le général Kurt von Jesser y est né en 1890 ainsi que Karol Wojtyła  le 18 mai 1920. Le premier sera général de l'armée allemande, responsable de la lutte contre les maquis du centre de la France ; le second deviendra le pape Jean-Paul II en 1978.


Monuments religieux

L'appartement natal de Karol Wojtyła, situé au 7, rue Kościelna, où le futur pape a vécu toute son enfance. Depuis sa béatification, le 1er mai 2011, le lieu a été rénové pour devenir un centre de pèlerinage.
La basilique de Wadowice date du XIXe siècle et conserve les reliques de saint Joseph Kalinowski.


Krakow

760 000 habitants

sur la Vistule

longtemps, capitale de la Pologne

Krakow : un peu d'histoire

Basilique Notre Dame à Cracovie
Basilique Notre Dame à Cracovie

 

1241 : la terreur déferle sur l’Europe. Montés sur leurs fiers destriers, des Tatars, maraudeurs sanguinaires, détruisent tout sur leur passage, se livrant au viol et au pillage. La prospère Cracovie n’échappe pas au fléau mongol.

Du haut de la tour de la basilique Notre-Dame, un guetteur aperçoit le danger à l’horizon. Il prévient tout Cracovie, en jouant l’obsédant hejnal à la trompette. Avant qu’il ait pu achever son morceau, un attaquant le vise d’une flèche en plein cou. Alors qu’il s’effondre, l’air s’interrompt brusquement.

Cette légende, aussi tragique qu’héroïque, est emblématique de Cracovie, éblouissant centre de culture et de connaissance voué à la souffrance malgré la vaillance de ses habitants.

Car si ce fut probablement le premier épisode du genre pour la ville, ce ne fut pas le dernier. Tatars, chevaliers Teutoniques, Russes, Suédois, Autrichiens, nazis et communistes se succédèrent pour y semer le chaos. Mais Cracovie résista.

 

Au XXIe siècle, Cracovie est une destination dynamique prisée pour sa scène artistique d’avant-garde, sa musique jazz, son théâtre de rue et sa vie étudiante. La Vieille Ville est un feu d’artifice architectural où gothique, Renaissance et baroque retracent 750 ans d’histoire. Les anciens quartiers juifs de Kazimierz et Podgórze connaissent un afflux vivifiant d’énergies créatrices. Longtemps silencieuses, les anciennes synagogues abritent aujourd’hui galeries d’art, librairies et centres culturels.

 

Au sommet de la tour de Notre-Dame, un garde joue encore aujourd’hui le hejnal en s’interrompant au même endroit que son prédécesseur, il y a plus de huit siècles.
 Il agite ensuite sa trompette par la fenêtre. L’histoire originelle n’est peut-être pas avérée, mais comment l’oublier quand elle traduit si bien l’histoire et l’héroïsme de cette cité médiévale ?

 

Source : lonelyplanet

Sainte Faustine

2016 : Année jubilaire de la Miséricorde
2016 : Année jubilaire de la Miséricorde

Marie Faustine-Hélène Kowalska - religieuse à Cracovie (✝ 1938)

 

Miséricorde divine "Sœur Marie Faustine, apôtre de la Miséricorde Divine, compte aujourd'hui parmi les Saints les plus célèbres de l'Église.

 

 

Sainte Faustine
Sainte Faustine

Par son intermédiaire, le Seigneur Jésus transmet au monde entier Son grand message de la Miséricorde Divine et montre un modèle de perfection chrétienne fondée sur la confiance en Dieu et sur une attitude miséricordieuse envers le prochain.


Maria Faustyna Kowalska fut canonisée par le pape Jean Paul II, le dimanche 30 avril 2000.

 

Elle souhaitait que le 2ème dimanche de Pâques devienne le dimanche de la Miséricorde.

La décision du choix de cette date fut prise par Jean-Paul II.

Sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie.
Sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie.

Sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie.

 

La nouvelle basilique, spécifiquement dédiée à la Divine Miséricorde, est construite entre 1999 et 2002 et consacrée le 17 août 2002 par Jean-Paul II. De forme ellipsoïdale, elle évoque la forme d'un bateau et possède une tour-clocher de 77 mètres de hauteur qui symbolise son mât. Pouvant accueillir 5 000 personnes, elle comprend deux niveaux avec une chapelle dédiée à sainte Faustine dans la partie inférieure et la chapelle de l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement au-dessus


les mines de sel de Wieliczka

A 15km au sud de Cracovie se trouve la ville de Wieliczka, célèbre pour ses mines de sel.

Là pendant des siècles, le sel a été exploité comme on exploite une mine de charbon. A 150-250m de profondeur, les mineurs polonais ont créé des merveilles en sculptant le minerai.

On y trouve des salles de réception, des chapelles, des galeries avec reconstitution du travail des mineurs. On y trouve aussi quantité de sculpture, comme cette Cène taillée dans la roche saline.

 

Mine de sel de Wieliczka : la Cène taillée dans la roche dans la chapelle Sainte-Kinga
Mine de sel de Wieliczka : la Cène taillée dans la roche dans la chapelle Sainte-Kinga

La légende de Sainte Kinga

Née en 1234, elle est la fille du roi Béla IV de Hongrie et de Marie Lascaris, et la nièce de sainte Élisabeth de Hongrie, petite nièce de sainte Edwige de Silésie, sœur de la bienheureuse Yolande, et de sainte Marguerite de Hongrie.

Contre son gré, Kinga épouse Boleslas V dit le chaste, ou le pudique, futur roi de Pologne. Elle, qui aurait voulu se consacrer à Dieu dans le célibat, refuse de consommer son mariage. Son époux ne s'y oppose pas. Ensemble, ils font vœu de chasteté et mènent une vie de charité, visitant les pauvres et les malades.

En tant que reine, Kinga fait face aux besoins de son pays, agité par les guerres et les invasions Tartares. Elle s'emploie à conserver l'unité du pays. Le peuple qui l'aime, la surnomme consolatrice, mère nourricière.

 

La légende raconte que c'est elle qui offrit au peuple polonais la mine de sel de Wieliczka, toujours en activité aujourd'hui.

La reine Kinga (Kunegunda), originaire de Hongrie, avant de quitter son pays natal et de partir pour la Pologne où elle allait épouser son futur mari le roi Bolesław Wstydliwy,  jeta sa bague de fiançailles dans le puit d'une mine de sel hongroise. En route pour la Pologne, elle ordonna à ses serviteurs de creuser un puit, mais au lieu de trouver de l'eau, il découvrirent du sel, et dans le premier morceau de sel extrait on retrouva sa bague de fiançailles.


Après la mort de son mari, elle fit profession de la Règle de Sainte Claire dans le monastère qu’elle avait fondé.