14ème étape, Saint Pierre des Nids - Le Cercueil (le Ballu), 25km, La Providence !

Julien Achyle, décédé le 11 novembre 1918
Julien Achyle, décédé le 11 novembre 1918

 

Logés hier soir à Saint Pierre des Nids, nous avons appris qu'au début du XXe siècle, Saint Pierre s'appelait la Pooté.
Les habitants s'appellent toujours les pooteens.
A la Pooté, est né en 1893, le soldat Julien Achyle. Il était du 415e RI. Son régiment a eu le triste privilège de connaître les derniers tués de la guerre 14-18. 21 soldats ont été tués le 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse, quelques heures avant le cessez le feu ; Julien Achyle était du nombre.
Nous n'avons pas eu d'explications sur le drapeau français flottant au dessus de la porte de l'église

Toute la journée nous avons assisté à une transition architecturale, les toits de tuiles succédant aux toits d'ardoises. Nous avons vu des poutres de pignon de granges traverser intégralement le mur et être protégées du ruissellement de la pluie extérieurement par une grosse pierre.


À 9h20, nous avons traversé le Sarthon, quittant ainsi la Mayenne et les Pays de la Loire, pour entrer dans l'Orne et en Normandie à Saint Denis sur Sarthon. En entrant dans la forêt domaniale d'Ecouves, nous avons abandonné les sceaux de Salomon qui tapissaient les fossesy mayennais pour de magnifiques tapis de myrtilles bien prometteuses. Le silence de la forêt n'était dérangé que par le bruit du vent dans les frondaisons et le martèlement des pics-verts en quête d'asticots.




Église de Ravigny
Église de Ravigny

Aujourd'hui dimanche, comme hélas bien souvent, beaucoup d'églises étaient fermées. Alors nous avons écrit notre petite prière :
Seigneur Dieu, Créateur et Maître de toutes choses, y compris de celles qui vont de travers, écoute la prière de deux pèlerins perdus dans la campagne.
- Notre Père qui es aux cieux, bien planqué là haut pendant que deux pèlerins usent leurs chaussures pour cheminer vers la mère de ton Fils, à Czestochowa,
-que ton nom soit sanctifié même si parfois nous grommelons après Toi de manière irréfléchie,
-que ton règne vienne, mais en attendant tu peux aider et conseiller ceux qui nous gouvernent ou qui veulent nous gouverner,
-que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ; au ciel, ça c'est ton affaire, mais sur terre, tu peux nous apporter du beau temps. Mais s'il n'est pas beau, nous ferons quand même avec.
-Donne nous aujourd'hui notre pain de ce jour et même le lundi lorsque les boulangeries sont fermées ; d'autre part tu peux aussi pousser la Providence pour nous trouver un gîte pour les jours à venir,
-pardonne-nous nos offenses surtout lorsque nous maugréons sur ceux qui pourraient nous aider et qui ne le font pas,
-comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, car même ceux que nous maugréons, nous leur pardonnons,
-ne nous soumet pas à la tentation même si parfois l'envie de faire du stop nous traverse l'esprit,
-mais délivre-nous du mal, celui qui nous sussure : arrête, capitule, abandonne.
Mais surtout Seigneur, répand tes dons et tes bienfaits sur tous ceux qui nous aident et nous encouragent. Nous, nous les bénissons, tu peux aussi les bénir.

Dominique et Philippe, nos hôtes de ce jour
Dominique et Philippe, nos hôtes de ce jour

Aujourd'hui la Providence  a pris des contours particuliers. Depuis quelques jours déjà, Elena, notre fille, nous a dit : Je connais des gens près de Sees. Depuis 2 jours, nous essayons vainement de les joindre. Tout à l'heure, vers midi, nous avions une décision capitale à prendre : aller vers ces gens que nous ne connaissons pas et que nous n'arrivons pas à joindre ou prendre une autre direction. Elena nous assure qu'elle va tout faire pour les avoir au téléphone. Nous prenons la décision de lui faire confiance et de commencer à cheminer vers le Ballu, car on a quand même l'adresse.
Nous marchions depuis 3/4 heure lorsqu'elle nous appelle et nous confirme qu'elle vient de les joindre. Ils seront chez eux vers 17-18h. 
À l'heure où nous écrivons ces lignes, nous sommes à Le Ballu, chez M et Mme Chappee. Nous les attendons. Comme il pleut et que nous avons froid, nous avons squatté une de leur voiture devant leur maison que la Providence leur avait conseillé de laisser ouverte.