26ème étape, Mouy - Pont-Sainte-Maxence, 29km, journée d'émotions

la statue de La Rochefoucauld à Liancourt
la statue de La Rochefoucauld à Liancourt

Ce n'est que tardivement que nous avons quitté notre hébergement ce matin. Ceci nous a valu d'arriver vers midi à Liancourt. Dans ce secteur peuplé de l'Oise, les villes de Cauffry, Rantigny et Liancourt se font suite comme les villes industrielles du bassin minier du Nord.

Chez le boulanger :

"Ah mais c'est vous que j'ai vus sur la route après Mouy, ce matin ! Vous marchez vite ! "

Au café où nous prenons un petit noir, un homme reconnaît le drapeau breton et s'intéresse à nous :

"Je suis de Melrand, je suis arrivé ici tout petit avec mes parents. Hélas je ne parle pas breton."

Toujours au bar, un autre gars :

" Mais je vous ai vus il y a 4-5 jours, je suis chauffeur livreur, je vous ai vus sur une petite route, vous aviez le drapeau breton bien visible, vous marchiez devant et la dame derrière."

plaque de cimetière
la plaque scellée sur le mur du cimetière de Verderonne avec le nom de Justin Lorho

Aujourd'hui notre route nous a conduits jusque Verderonne, près de Liancourt. Verderonne est un bourg très étendu et très peu peuplé qui sert de banlieue résidentielle à ce secteur de l'Oise.

Nous sommes passés au cimetière pour voir le carré qui a servi de tombe aux trois soldats bretons, fusillés pour l'exemple, le 7 septembre 1916.

Nous avions évoqué la triste histoire de Justin Lorho de St Pierre Quiberon, le 11 novembre dernier à Ste Anne d'Auray.

C'est avec émotion que nous avons pu lire son nom et celui de ses collègues Chevestrier et Suraud, sur la plaque scellée sur le mur du coin du cimetière.

Agnès marchant à travers bois
Agnès marchant à travers bois

Émotion encore lorsque après le cimetière de Verderonne, nous avons choisi sur plan la route à suivre à travers bois en marchant plein Est.

Sans boussole, avec un point GPS sur une carte où ne figurent ni chemins creux ni sentiers, notre trajet s'est transformé en parcours quelque peu angoissant. Là dessus, un orage s'est déclaré avec du tonnerre pour nous donner un peu plus d'adrénaline. Finalement il a fallu sortir les ponchos.

en foret
Agnès sur un chemin en forêt

Émotion encore lorsque Patrick (notre gendre) nous informe en milieu d'après midi que le père Pierre-Antoine Bozo a été nommé hier, évêque de Limoges par le Pape François. Le père Bozo nous avait accueillis, logés et nourris à Sées. Ce sont ses propres parents  qui nous avez ensuite accueillis à Courtomer.

Nous ne savons pas si l'usage veut que l'on félicite un évêque pour sa nomination. Mais nous, nous le faisons. Nous nous réjouissons avec ses parents de sa nomination et voulons partager avec eux la fierté de l'avoir connu. En quittant Sées, !e père PA Bozo nous avait demandé une chose qui nous avait étonnés : 

"Priez pour moi !"

Nous lui avions répondu que nous n'étions que des amateurs et il avait insisté :

"Si! Si! Priez pour moi."

Notre marche est prière ; notre douleur en fin de journée est prière ; nos inquiétudes quand elles viennent sont prières.

Monseigneur Bozo, c'est en pensant à vous que nous avons marché cette après midi.

une péniche sur l'Oise à Pont-Sainte-Maxence
une péniche sur l'Oise à Pont-Sainte-Maxence

Émotion encore lorsque, fourbus et éreintés de nos 29km, nous nous présentons vers 18h au Café des Sports de St Martin Longueau et expliquons notre problème de logement pour ce soir. Tout le monde s'y met dans le café, la patronne, la serveuse, la fille de la patronne, les clients. Et comme il nous faut revenir sur nos pas, le fils de la maison se propose bien gentillement de nous conduire à notre logement à Pont Ste Maxence.

 

Kenavo

Arhoah e vo hoah ur peh deuezh 

Ur chans aveidom, gorteit a vam.

 

Au revoir

Demain ce sera encore une grosse journée

Mais par chance, nous serons attendus.