27ème étape, Pont Sainte Maxence - Trosly-Breuil, 32km, la traversée de la Forêt de Compiègne

l'Oise
L'Oise à Pont Sainte Maxence

Nous n'avons que peu profité de l'appartement mis à notre disposition (moyennant finances), avec terrasse, salon, multiples chambres et vue sur l'Oise.

Il était 7h-1/4 lorsque nous avons pris la route, sans petit déjeuner que nous avons pris par fraction à Pontpoint où il a fallu attendre l'ouverture du café. À Verberie, notre avons complété notre ration de survie pour nous lancer dans la grande épreuve.

En forêt de Compiègne
les obstacles dans la Forêt de Compiègne.

À 10h30, près de chez Poclain, nous pénétrons dans la Forêt Domaniale de Compiègne. Nous circulons uniquement au GPS en marchant d'une allée forestière à une autre allée forestière. De temps en temps les poteaux indicateurs pluridirectionnels de la forêt nous laissent croire que nous ne sommes pas égarés. Nous suivons bêtement le point bleu de notre carte sur  laquelle nous avons fixé le terme de la journée.

 

Nous avions rêvé de la forêt de Compiègne, la grande Forêt de Compiègne, la célèbre Forêt de Compiègne. Nous nous souvenions de ce que nous avions vu, ces immenses allées forestières qui se coupent, se croisent, s'entrecoupent.

Et nous aujourd'hui, gogos de service, nous avions fait le reste dans notre imagination  : il n'y a dans la forêt que de belles allées forestières bien entretenues où le plaisir de la marche en sous bois s'associe à la quiétude des lieux. 

La quiétude, nous l'avons eue car nous l'avons traversée intégralement de Verberie à Trosly-Breuil ne rencontrant qu'une randonneuse habituée des lieux.

Mais les belles allées bien entretenues nous les cherchons toujours. Il y a quelques chemins de sable, d'autres de terre défoncée par les sangliers, d'autres couvertes d'orties et de ronces. On y trouve aussi des fondrières obligeant le pèlerin à prendre son élan pour les traverser. Des arbres couchés rendent la promenade comparable à un parcours Hébert. Les branches éparpillées peuvent faire tomber le meilleur des équilibristes. Il n'y a pas un seul tronçon plat, tout est bosselé, cabossé. Une chance : le sous sol est sableux, la terre ne colle pas aux chaussures. Lorsque le terme approche, il est 17h30. Voilà nous avons fait 7h en forêt, pause incluse, nous y avons parcouru 20km.

 

Il nous vient à l'esprit ce petit texte de JP Calloch écrit en 1915 ou 1916 :

Hent koed Sant Mard de Drosly-Breuil a zo èl hent Picadilly : hir é.

La route du bois de Saint Mard à Trosly-Breuil est comme celle de Picadilly : elle est longue.

 

Ce soir, nous sommes accueillis à la Ferme de Trosly-Breuil, dépendance de l'Arche et nous sommes très fatigués.