44ème étape, Merzig - Lebach, 26km, 1000km

Légende Agnès dans la campagne
Légende Agnès dans la campagne

Les tests des pieds étant jugés concluants, nous pouvons dorénavant prendre la distance de croisière qui aujourd'hui, nous a fait passer d'une vallée à une autre puis une autre et encore une autre.

Nous nous attendions à une densité importante de population mais ce n'est pas ce que nous avons trouvé : beaucoup d'espaces boisés, beaucoup de terres agricoles.

Agnès entre deux champs de seigle
Agnès entre deux champs de seigle

Une des cultures principales de ce que nous avons traversé ce jour, semble être le seigle ( à moins que ce soit du triticale). Et en plus il parait bien pauvre. Y aurait-il des pauvres en Allemagne ?

Deux pèlerins égarés dans la Sarre
Deux pèlerins égarés dans la Sarre

Sevilia, une cycliste allemande, nous a doublés puis s'est arrêtée pour s'adresser à nous :

-"Je vous ai vu hier, en France, du côté des Menhirs d'Europe". Et elle est restée causer avec nous pendant 5 mn.

Elle nous a pris en photo et s'est éclipsée.

décoration sur la porte d'une maison
décoration sur la porte d'une maison

À pied, nous avons tout le loisir de voir plein de petits détails qu'on ne voit pas en voiture. Ainsi nous découvrons beaucoup de décorations aux portes des maisons. Cela ressemble à des couronnes de Noël que l'on aurait oubliées. Une germanophone alsacienne pourrait peut être éclairer notre lanterne sur cette curieuse habitude. 

jardin dans la sarre
des jardins très minéralisés

Les aménagements paysagers des maisons nous ont aussi beaucoup étonnés. Le minéral est très présent et semble être  tendance. Nous avons même vu des aménagements où il n'y avait que du minéral : ça faisait un peu cimetière . Un avantage : il n'y a pas de mauvaises herbes à détruire.

Agnès perdue dans les bois
Agnès perdue dans les bois

 

Nous avons côtoyé Reimsbach près de Oppen. Nous voulions boire une menthe à l'eau à Huttensdorff près de Schmelz. Mais comme nous ne savions pas comment dire menthe en allemand et que la serveuse n'avait pas l'intention de faire beaucoup d'efforts pour nous comprendre, nous nous sommes satisfaits d'une eau gazeuse. Elle était très fraîche.

 

Un peu avant d'arriver, nous nous sommes un peu perdus dans les bois, par défaillance du matériel et non pas par interprétation du pèlerin.

C'est donc quelque part au milieu des bois que nous avons marché notre 1000eme km.

Ce soir nous sommes à Lebach dans un Gasthaus. Toujours pour notre alsacienne : quelle est la différence entre un gasthaus et un hôtel ? 

 

Demain nous serons à Sankt Wendel.