45ème étape, Lebach - Sankt Wendel, 24km, journée extra : tout va bien

Installation de panneaux photovoltaïques sur plus de 2 ha à la sortie de Lebach
Installation de panneaux photovoltaïques sur plus de 2 ha à la sortie de Lebach

Notre journée a très bien commencé avec un copieux petit déjeuner. Et puis en mettant un pied devant l'autre et en recommençant ainsi, nous avons suivi la grand route pendant une bonne dizaine de kilomètres. La route était spécialement aménagée pour que des piétons et des cyclistes puissent se déplacer en toute sécurité ; c'est parfaitement ce que nous avons ressenti. Les villes succédaient aux villes. On en quittait une pour entrer dans une autre. C'était plutôt des quartiers urbanisés que des villes.

À l'entrée d'Eppelborn, vers 8h30, une boulangerie est ouverte : nous sommes assurés d'avoir notre sandwich à midi.

Un peu plus loin, une banque est ouverte et accepte de nous donner de l'argent : nous ne serons plus des vagabonds contraints à la rapine.

Nous avançons sur la route. Une copine d'Ingrid, marchande de fraises, nous interpelle et nous offre à chacun une fraise. Dieu, que c'était bon ! Ingrid, si tu vois des pèlerins passer au bout de ton champ, fais comme si c'était nous !

Sans paraître une grande ville, Eppelborn fait malgré tout 17 000 hab. 

Dans ce qui nous a paru le centre, nous voyons un magasin Schumacherei. Nous nous disons qu'en breton ça doit vouloir dire Ti ar Héré. Nous entrons et nous demandons au professionnel des lieux de coudre nos sangles de sac à dos. Car il y a un problème : ou bien nos sangles de sac s'allongent ou bien c'est le pèlerin qui rétrécit en circonférence. Ben oui ! C'est un problème. Et Herr Schumacher nous le résout sur le champ, avec plaisir et gratuitement.

Mersi braz, Aotrou Kéré.

Une cigogne qui s'en donne à cœur joie après le fauchage du foin
Une cigogne qui s'en donne à cœur joie après le fauchage du foin

Nous faisons la pause de 10h à Dirmingen, un quartier d'Eppelborn. Ici au moins, y a des bistrots pour la pause-café.

 

Toute la journée s'est enchaînée sur le même modèle : quand ça va bien, tout va bien !

Après les 10 km de route et de ville, ce sont les champs et les bois qui leur ont succédé, apportant fraîcheur et plaisir de la marche.

 

Notre opérateur Internet nous jouait de vilain tour depuis notre entrée en Allemagne. Alors nous avons fait parvenir un message à Noaluen en lui demandant de dénouer le problème. Elle a guidé nos doigts : appuyer ici, ne pas appuyer là, choisir opérateur, cliquer sur 3G, essayer vodaphone, essayer Telekom. Et tout d'un coup ça marche !

Et pour le logement ? C'est facile ! Tu appelles Aurore, l'Alsacienne. Tu lui  donnes tes consignes. Et hop ! Elle te déblaye le boulot. Tu te présentes à la paroisse et tu as les informations.

C'est quand même bien de pouvoir disposer de personnes ressources n'importe quand.

 

L'orgue de la basilique Sankt Wendelin de Sankt Wendel
L'orgue de la basilique Sankt Wendelin de Sankt Wendel

On ne vous avait pas dit, mais toute la journée il a fait très chaud. Du soleil, du soleil et pas de vent. Même les éoliennes refusaient de tourner. En grève qu'elles étaient ! Bosser par une température pareille, mais il faudrait être plus cons que des moulins à vent ! 

Quelques informations : à Mertzig où nous étions avant hier, il y a 30 000 hab ; à Lebach, il y a 21 000 hab ;  17000 à Eppelborn que nous avons traversé aujourd'hui ; et 24 000 à St Wendel. Comme l'habitat est très groupé, nous avons des temps très important dans la campagne et dans les bois.

 

À propos de breton nous avons trouvé un Floh Markt. Le centre ville, kreiz-ker en breton, se dit kreissstadt. On est quasiment chez nous. Dans un mois, ils parlent tous breton.