47ème étape, Ulmet - Lauterecken, 14km, dimanche de Pfingst

Une famille se promenant en draisine sur l'ancienne voie ferrée
Une famille se promenant en draisine sur l'ancienne voie ferrée

Notre hôtelière d'hier soir ne nous ayant libérés qu'à 8h30, nous partons donc dans l'inconnue la plus complète  pour cette journée. La première partie fut magnifique avec un chemin à flanc de coteau et des paysages superbes. Celle-ci fut suivie par une marche le long d'une ancienne voie ferrée encore utilisée par des promeneurs en draisines. 

Et ce fut ainsi toute la journée.

 

 

Refrain de la prière universelle chantée ce jour de Pfingst
Refrain de la prière universelle chantée ce jour de Pfingst

Nous arrivons à Offenbach-Hundheim. Cette ville se trouve sur le chemin que nous avons mis en ligne.

Nous quittons la voie et rentrons dans le bourg. Nous demandons à une dame si l'église est ouverte. Elle nous y accompagne. En entrant elle nous dit que c'est une église évangélique. Nous lui disons : nous catholiques. 

Mais là, nous sommes tombés sur une copine de Lothar. Elle nous explique que le Gottesdienst -le culte- est commencé dans l'autre église, juste au dessus et nous fait entrer par une forte persuasion dans son église. Un Pater et un Ave et nous courons à l'église catholique distante de 200m. Le célébrant finissait son homélie. C'est ainsi que nous avons eu notre messe racourcie de Pfingst (Pentecôte).

Petite pensée à Guenel, notre petit fils, qui fait aujourd'hui sa profession de foi à Lectoure (Gers), là où il est scolarisé.

 

Une matinée de marche à flanc de côteau
Une matinée de marche à flanc de côteau

À la sortie de l'église nous demandons s'il y a une Backerei ouverte. Nous croyons suivre correctement les instructions données et nous ne trouvons rien. Par hasard la copine de Lothar se trouve sur notre route, nous accompagne et nous indique clairement où se trouve la boulangerie.

C'est une boulangerie - café - salon de thé. Nous y avons pris largement le temps de faire la pause. Nous avions un objectif de 20km pour la journée. Mais en démarrant tardivement toute la mécanique de marche s'est déréglée. Et après le déjeuner nous nous sommes mis dans la tête de décrocher au premier logement rencontré. C'est donc à Lauterecken que nous avons posé nos sacs. L'hôtelier parle très bien le français. En rentrant dans l'hôtel des convives Allemands en sortaient. En voyant nos drapeaux l'un d'entre eux s'est mis à chanter : ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne !

 

 

Ceci dit l'Esprit Saint ne nous aide pas beaucoup pour la compréhension de l'allemand. En plus nous apprenons par mégarde que Floh Markt n'a rien à voir avec le Marché des Le Floch mais signifie Marché aux Puces. Cruelle désillusion !

 

 

Légende en marchant le long de la voie

Les paysages de Rhénanie-Palatinat
Les paysages de Rhénanie-Palatinat