53ème étape, Modautal-Ernsthofen - Hochst im Odenwald, 24km, la honte ce matin

La plaine rhénane vue des massifs de la Hesse
La plaine rhénane vue des massifs de la Hesse

Lorsque nous sommes rentrés dans notre gasthaus hier soir, nous avions les pieds trempés. Nous avons enlevés nos chaussures avant de monter à l'étage, mais avec nos pieds et nos chaussettes mouillés nous laissions des traces partout. Nous avons fait ce que nous avons pu pour sécher nos chaussures mais ce matin elles étaient toujours mouillées. Alors nous avons pris une initiative ; il y avait un sèche-cheveux dans la pièce. Alors aux grands maux les grands moyens : on met le sèche-cheveux directement dans les godasses. Et malheureusement ce qui devait arriver arriva : surchauffe ! Le sèche-cheveux commence à fondre et grille.

La honte !

Notre hôtesse a été compréhensive. Nous avons payé notre nuit et lui avons laissé un billet pour le remplacement de l'appareil. Elle était satisfaite.

Agnès, en marche vers le Saulx le Duc allemand
Agnès, en marche vers le Saulx le Duc allemand

Une demi heure après notre départ, à Albach, un jeune homme attend le bus, il reconnait notre drapeau et crie : "Bretagne". Il y a quelques temps, il a travaillé à Pluvigner mais nous n'avons pas bien compris dans quelle entreprise

 

À Grosse Bieberau (Grande Bieberau), qu'il ne faut pas confondre avec Klein Bieberau (Petite Bieberau) où nous voulions aller hier soir, nous rencontrons un homme d'un certain âge qui se fait un plaisir de parler en français avec nous. Dans le café où il nous conduit, dès que nous montrons nos crédencials qui commencent à se remplir, nous suscitons beaucoup d'étonnement et d'admiration ce qui nous fait plaisir et nous met en même temps à la gène.

Panorama du plateau après Grosse-Biebereau; à l'horizon, le Veste Otzberg
Panorama du plateau après Grosse-Biebereau; à l'horizon, le Veste Otzberg
Encore un effort et on y est, au Veste Otzberg
Encore un effort et on y est, au Veste Otzberg

Notre journée a été une succession de montées et de descentes. Nous sommes montés 7 fois et descendus 7 fois !

À Grosse Bieberau, nous voyons à l'horizon une magnifique colline qui se détache parmi les autres. On dirait Saulx le Duc en Côte d'Or. Et nous nous disons " heureusement que cette colline-là n'est pas pour nous". Mais plus nous approchons plus cette colline grandit à nos yeux. Il va falloir se la coltiner ! Une petite heure d'ascension et nous sommes à Hering. Nous avons vaincu le Veste Otzberg, altitude 368m. Il nous reste encore 8km pour atteindre Hochst im Odenwald. 

 

Demain nous pensons franchir le Main à Klingenberg am Main et arriver à Monchberg. 

Ce soir nous avons dépassé les 1200km, c'est à dire que nous avons fait la moitié du parcours. Et après l'ascension du Veste Otzberg, il n'y a plus qu'à descendre jusqu'à Czestochowa ! Facile !