71ème étape, Novy Dvur - Manetin, 23km, la juste réprimande

La pancarte à l'entrée du monastère
La pancarte à l'entrée du monastère

Les moines de Novy Dvur veillent jalousement à ce que le silence envahisse leur espace et leur monastère. Ainsi, pour arriver au monastère, il est inutile de chercher quoi que ce soit sur les panneaux de signalisation. Il faut attendre la dernière intersection, 300m avant d'arriver, pour trouver une indication. Ils demandent donc que tous les éléments pollueurs tels que les téléphones, les walkman, les caméras et les appareils de photos soient éteints ou remisés.

Les moines aiment à dire qu'il faut s'enfoncer dans son désert intérieur et ne pas chercher à aménager celui-ci. Pour ceux qui ne peuvent pas se retenir de causer, ce lieu n'est pas très indiqué.

Pour vivre dans l'esprit des moines le temps de notre passage, nous avons partagé avec eux quelques offices : les vêpres à 16h, les complies à 18h30, juste avant le repas du soir. Les retraitants et les pèlerins mangent ensemble à l'hôtellerie tandis que les moines mangent entre eux. Le monastère ne se visite pas. Après le repas, spontanément tout le monde participe à la vaisselle qui est nettoyée, torchée, rangée en 7-8mn.

Ce matin, nous avons fait l'impasse sur les matines à 3h30. À 6h25, nous étions à l'église pour les laudes suivies de la messe.

 

 

Le silence des bois entourant Novy Dvur
Le silence des bois entourant Novy Dvur

 

 

Un peu avant de partir, le F. Jean Marie est venu nous saluer, tamponner nos livrets et refuser malgré notre insistance notre argent. Ici, c'est la gratuité complète pour les pèlerins.

Mais , car il y a un mais.

Hier soir pour illustrer le blog, Jean-Jacques a pris quelques photos extérieures du monastère.

Après le F. Jean-Marie, un autre frère est venu nous saluer, nous souhaiter un bon pèlerinage, nous demander de prier pour eux, nous dire que nous serons toujours les bienvenus à Novy Dvur, mais que la prochaine fois que nous viendrons, nous devrons veiller à ne pas prendre de photos.

C'était gentiment dit, mais très bien dit.

Nous nous sommes perdus en confusion et en excuses, mais le mal était fait.

Nous devrons donc expier cette faute sur les routes d'Europe jusqu'à la fin de nos jours (ou de notre pèlerinage..., ou de la journée...) 

Le petit camion tchèque
Le petit camion tchèque

 

 

Pendant près de 2h nous avons cheminé dans le silence de la forêt, chemin expiatoire car le temps était très frais. Nous avons dû mettre nos ponchos pour nous protéger d'un petit vent glacial. Seul un camion hors d'âge mais entretenu, pétaradant et toussant ses gaz de combustion, peinant à gravir la côte avec une charge surdimensionnée pour sa capacité, est venu rompre notre quiétude.

 

 

Les habitations collectives de Bezverov
Les habitations collectives de Bezverov

 

 

Au sortir du bois, c'est dans le bourg de Bezverov que nous avons acheté nos provisions pour la journée. C'était un mini-market tenu par un couple de Vietnamiens, un magasin ouvert de 7 h jusque 19h, sans discontinuité. Nous n'avons pas vu d'autres magasins.

Le contraste est saisissant entre la belle et somptueuse Marienske et les bourgs que nous traversons, avec leurs habitations collectives, leurs magasins dont il faut deviner l'objet du commerce, leur pauvreté que, hélas ! ils ne peuvent cacher.

 

Jean-Jacques chez le coiffeur de Manetin
Jean-Jacques chez le coiffeur de Manetin

 

 

 

Nous avons atterri à Manetin. Nous avons un peu corrigé notre parcours théorique. L'écart que nous prévoyions pour aller à Plzen a été supprimé. Nous continuons notre route vers l'Est, sur Praha.

À Manetin, tout le monde s'y est mis pour nous aider à trouver de quoi dormir. La patronne de la pizzeria où nous avons pris le café a téléphoné sans succès à une première pension. Kate, au Point Information, s'est démenée pour nous trouver une pension à l'extrémité de ce bourg de plus de1500m de long. Nous y sommes arrivés après que Jean-Jacques se soit fait une nouvelle tête chez le coiffeur, un monsieur de plus de 80 ans, tenant toujours boutique.

Nous avons été marqués par le nombre de statues de saints et saintes vénérées ici, alignées tous les 50 m le long de la route principale.