97ème étape, Wadowice -Alwernia - (Krakow), 22km, une chaine de solidarité

Bogdan, Zdziskawa et Agnès posent sur la place d'Alwernia
Bogdan, Zdziskawa et Agnès posent sur la place d'Alwernia

 

De Wadowice, pour remonter vers Czestochowa, il y a un obstacle naturel majeur à franchir : la Vistule.

Plusieurs solutions se présentent à nous pour cela. Nous choisissons la plus courte qui a aussi l'avantage d'avoir le moins de circulation automobile : le passage par le bac Oklesna-Przewoz .

Arrivés à 100m de l'embarcadère côté Przewoz, un couple polonais s'adresse à nous en nous faisant comprendre qu'il n'était pas nécessaire d'aller plus loin car le bateau était "kaput".

Les bras nous en tombent, le pont le plus proche est à Laczany, à plus de 12 km.

Bogdan et Zdziskawa son épouse, se préparaient à partir pour Krakow dans leur petite voiture déjà bien chargée. On resserre tous les paquets dans la voiture et on y rajoute les Le Floch et leur paquetage. Objectif : aller de l'autre côté de la Vistule à 200m.

Ils vont faire une virée de plus de 30km pour nous déposer.

Mais comment arrêter des gens qui tiennent à vous aider ? Nous leur avions dit que nous allions à Alwernia ; alors ils nous ont conduits à Alwernia resquillant ainsi 6km sur le parcours de ce jour.

En nous abandonnant sur la place du centrum d'Almería, ils veulent encore donner. Zdziskawa ouvre son sac à provisions et trouve deux gros cornichons frais qu'elle nous offre.

Grande émotion en se quittant.

Merci de tout coeur Bogdan et Zdziskawa.

 

Il y avait un abri sur la place et après leur départ nous y avons pris notre picnic. Par égard pour leur gentillesse, nous avons mangé un gros cornichon coupé en lanières dans notre sandwich.

Andrzej et son fils Przemyslaw en tenue traditionnelle polonaise. Il l'a revêtue spécialement pour nous.
Andrzej et son fils Przemyslaw en tenue traditionnelle polonaise. Il l'a revêtue spécialement pour nous.

 

Hier on nous avait fait comprendre que les Franciscains d'Alwernia accueillaient des pèlerins. En arrivant chez eux, nous rencontrons Andrzej qui est un fidèle des lieux.

Il comprend notre situation, se fait notre avocat et plaide notre cause auprès des Franciscains. Hélas ! Il n'y a pas de place.

Très déçu, il nous amène chez lui boire un café. Pendant que Monika, son épouse,  nous prépare une soupe et un thé, il passe des coups de fils pour nous trouver une solution.

Il y aurait un hôtel à la sortie de la ville. Il nous y conduit en voiture : complet.

Il y aurait un "agrituristika" à 5-6km. On y va : personne ne répond

Finalement avec Andrzej nous prenons la décision de partir à Krakow et de repartir de là demain matin.

C'est le fils, Przemyslaw, qui nous amène à Krakow d'où nous répartirons à l'attaque demain matin.

Przemyslaw est accordéoniste professionnel. Il se produit dans un groupe culturel de Krakow et gagne sa vie en jouant de l'accordéon dans les restaurants de la ville.

 

Un grand merci à Andrzej et Monika son épouse pour leur accueil et leur dévouement.

Un grand merci à Przemyslaw qui nous a conduit jusqu'à notre hébergement à Cracovie.

 

Nous ne voulions pas passer par Cracovie : les hasards de la route nous obligent à changer nos décisions.

 

Et pourtant la journée avait été belle. Pour la 1ere fois en Pologne, nous avions pris un chemin de traverse. 2 copains qui travaillaient chez eux avaient arrêté leur chantier pour nous offrir de l'eau.

Nous avons aussi vu des Moiss batt  au travail.

C'est difficile d'abandonner le bénéfice de cette belle journée.