4ème et dernière journée à Cracovie, Lagiewniki

La Chapelle du Monastère avec l'icône miraculeuse sur la gauche et juste en dessous, en blanc, à peine visible sur la photo, le tombeau de Sr Faustine
La Chapelle du Monastère avec l'icône miraculeuse sur la gauche et juste en dessous, en blanc, à peine visible sur la photo, le tombeau de Sr Faustine

 

Il y avait une âme charitable dans le tramway 8 pour nous aider à utiliser l'automate de distribution de tickets avec ses indications en polonais comme il se doit ici. Et en tram, nous avons poussé jusqu'à Lagiewniki et comme il y avait plusieurs stations avec ce nom, elle nous a aidés à choisir la bonne station : sanktuarium.

C'est ainsi que nous sommes arrivés vers 10h au Sanctuaire de la Divine Miséricorde, là où Sr Faustine a eu ses révélations.

Nous faisons un passage devant son tombeau, un passage devant le mur où sont inscrits en toutes les langues les mots : Jésus Ufam Tobie, Jésus, j'ai confiance en Toi.

Nous avons fait un long arrêt pour la messe dans le sanctuaire, remarquable pour son architecture et sa grande tour extérieure.

Le tout nouveau Centre Jean-Paul II
Le tout nouveau Centre Jean-Paul II

 

De là, nous avons vu à environ 1 km, l'église du nouveau Centre Jean-Paul II. Nous y faisons un saut et comme tout le monde, nous avons un moment d'émotion en voyant exposée la soutane maculée de sang que portait Jean-Paul II lors de l'attentat de Ali Agca le 13 mai 1981.

Nous apprenons que ce tout nouveau sanctuaire a été construit sur le site de l'ancienne usine Solvay de Cracovie, là même où Karol Vojtyla a travaillé comme ouvrier de 1940 à 1944.

Nous savons que le mot Solvay ne signifie pas grand chose pour beaucoup de monde, mais nous connaissons quelques Dijonnais pour lesquels ce mot fait tilt.

Un détail de la porte d'entrée du Centre Jean-Paul II, rappelant ses années de travail chez Solvay
Un détail de la porte d'entrée du Centre Jean-Paul II, rappelant ses années de travail chez Solvay
Le sanctuaire de la Divine Miséricorde
Le sanctuaire de la Divine Miséricorde

 

Ce soir, sur la place de la Halle aux Draps, la Sukiennice, débute le 41e festival d'art populaire international. On s'y est arrêté pour découvrir, pour écouter et se laisser tenter par un Bigos. Il était bon, il était même excellent, mais il n'arrivait pas à la hauteur de celui que prépare Beata et Czarek pour la fête de la St André à Weidenberg.

 

Demain nous quittons Cracovie.