71ème étape, Novy Dvur - Manetin, 23km, la juste réprimande

La pancarte à l'entrée du monastère
La pancarte à l'entrée du monastère

Les moines de Novy Dvur veillent jalousement à ce que le silence envahisse leur espace et leur monastère. Ainsi, pour arriver au monastère, il est inutile de chercher quoi que ce soit sur les panneaux de signalisation. Il faut attendre la dernière intersection, 300m avant d'arriver, pour trouver une indication. Ils demandent donc que tous les éléments pollueurs tels que les téléphones, les walkman, les caméras et les appareils de photos soient éteints ou remisés.

Les moines aiment à dire qu'il faut s'enfoncer dans son désert intérieur et ne pas chercher à aménager celui-ci. Pour ceux qui ne peuvent pas se retenir de causer, ce lieu n'est pas très indiqué.

Pour vivre dans l'esprit des moines le temps de notre passage, nous avons partagé avec eux quelques offices : les vêpres à 16h, les complies à 18h30, juste avant le repas du soir. Les retraitants et les pèlerins mangent ensemble à l'hôtellerie tandis que les moines mangent entre eux. Le monastère ne se visite pas. Après le repas, spontanément tout le monde participe à la vaisselle qui est nettoyée, torchée, rangée en 7-8mn.

Ce matin, nous avons fait l'impasse sur les matines à 3h30. À 6h25, nous étions à l'église pour les laudes suivies de la messe.

 

 

Lire la suite

70ème étape, Marienske-Lazne - Novy Dvur, 24km, sous la pluie au monastère

les Colonnades de Marienske-Lazne
les Colonnades de Marienske-Lazne

Hier soir à Marienske-Lazne, nous avons appris que dans cette ville thermale, il y avait plus de 40 sources. Elles sont pratiquement toutes différentes les unes des autres quant à leur composition. Mais elles ont une constante, elles sont toutes chargées en gaz carbonique. Elles peuvent soigner les maladies des reins, de la peau, des voies urinaires et respiratoires.

Des célébrités ont fréquenté cette station. Goethe y est venu en 1821-1823 avec Ulrika von Lewetzov. Le roi d'Angleterre Edward VII y a séjourné en 1897 et en 1907. Le chancelier autrichien, le Prince de Metternich y venait fréquemment entre 1821 et 1848. Mais encore Kafka, Nietzsche, Mark Twain, Gustav Mahler, Chopin, Pierre de Coubertin, Johann Strauss.

Pendant le régime communiste, ce modèle de "la décadence occidentale" avait perdu de son éclat. Depuis le changement de régime politique en Rep. Tchèque, la ville a connu un développement économique et touristique exceptionnel.

 

Lire la suite

69ème étape, Mahring - Marienske-Lazne, 18 km, villégiature à Marienske (Marienbad)

la chapelle de Ste Anne à Mahring (Bavière)
la chapelle de Ste Anne à Mahring (Bavière)

L'escale de Marhing était indispensable à cause de la distance à parcourir avant Marienbad. Mais mis à part cet intérêt de raccourcir la distance, il n'y en avait pas d'autre. Pas de café ouvert : ce n'est pas grave, nous avons bu de l'eau ! Pas de backerei ouverte : ça c'était beaucoup plus gênant car nous avions quitté Tirschenreuth avec le grand espoir de pouvoir en trouver sur la route et de ne pas nous surcharger. Pas de gasthof ouverte : ça c'est la cata car ça voulait dire clairement qu'il n'y aurait rien à manger le soir. En début d'après midi notre hôtesse, car nous étions de bonne heure au gite, a compris notre gène et nous a donné 4 petites tranches de pain noir et du pâté.

Le soir, la petite tasse de camomille (c'est tout ce qu'il y avait dans les placards) avait pour mission de nous tenir en vie jusqu'à ce matin !

 

Hier soir à Marhing, sur la hauteur dominant la Tchéquie, nous avons visité une chapelle dédiée à Ste Anne. Elle était surtout fréquentée par des immigrés du territoire de Sudetes mais depuis la guerre c'est devenu un lieu de mémoire pour les victimes de la guerre 39-45. Des registres paroissiaux de soldats morts à la guerre sont laissés à disposition des visiteurs : le nombre de soldats morts ou disparus en Russie est impressionnant.

 

Lire la suite

68ème étape, Tirschenreuth - Mahring, 18km, schuss Deutchland et journée poncho

Un des squelettes habillés de Tirschenreuth
Un des squelettes habillés de Tirschenreuth

 

 

Dans l'église de Tirschenreuth hier soir, nous avons pu voir dans une petite chapelle latérale la Lieben Frau von Tirschenreuth, la Vierge habillée d'une Pietà, connue ainsi depuis plus de 350 ans.

Autour de la Pietà, il y a de part et d'autre 2 squelettes habillés de vêtements tissés de fils d'or et incrustés de pierres précieuses. C'est morbide ! Juste au dessous de la Pietà, il y avait l'exposition du St Sacrement. Quelques personnes étaient présentes.

Nous étions incapables de rester devant ce tableau. Ici la Foi doit résister au "goal auel" (à l'épouvante).

Lire la suite

67ème étape, (Kastl) Erbendorf - Tirschenreuth, 25km, journée de reprise

Agnès devant la première annonce de Marienbad
Agnès devant la première annonce de Marienbad

Après ces 2 étapes entrecoupées de repos, nous avons repris la route en vallée, c'est à dire très souvent sur une route à partager avec les voitures et les camions, nous obligeant en permanence à la prudence.

5km après notre départ, nous avons bouclé nos 1 500km et très rapidement nous avons pu voir annoncé sur les panneaux de signalisation, le nom de la première ville tchèque à venir, Marienske-Lazne en tchèque, Marienbad en allemand. Mais ce ne sera que pour après demain.

Lire la suite

Dimanche de repos à Kirchenthumbach

Agnès avec Albrecht et Ingrid chez eux
Agnès avec Albrecht et Ingrid chez eux

Pendant une journée et demie, nous avons été chouchoutés par Ingrid et Albrecht.

Ils nous ont fait découvrir la richesse de leur pays, ici à Kirchenthumbach, car ici on n'est plus en Franconie mais en Bavière.

C'est ainsi que nous avons compris l'importance du camp militaire américain de Grafenwohr, le plus grand camp américain en Europe avec plus de 10 000 soldats et leur famille, avec ses quartiers réservés et grillagés, ses ventes de produits américains et de voitures américaines.

 

Lire la suite

66ème étape, Weidenberg - Kastl, 21 kms, auf wiedersehen Weidenberg

la page du Nord Bayerisher Kurier de ce jour
la page du Nord Bayerisher Kurier de ce jour

Ce matin, Uschi était toute heureuse de nous montrer le 3/4 de page que le Nord-Bayerisher Kurier nous consacrait. Mais nous devrons confier à d'autres personnes le soin de nous le traduire.

Lire la suite

Weidenberg, journée de repos

Le niveau du Fischtelsee est bien bas
Le niveau du Fischtelsee est bien bas

C'est une vraie journée de fainéants que nous avons vécue aujourd'hui. Nous avons laissé Uschi et Gunter nous aménager notre journée comme ils l'entendaient. Et ils nous ont concocté une découverte très enrichissante de la proche région de Weidenberg. Ainsi nous avons vu le Fichtelgebirge, le massif montagneux qui s'étend en demi cercle vers l'Est à partir de Weidenberg. Montagneux car le point le plus haut, le Sneeberg, culmine à 1051m.

Dans ce massif montagneux et forestier on trouve de véritables stations d'hiver avec des remonte-pentes comme à Mehlmeisel et des pistes de descentes allant jusqu'à 2km de longueur sans oublier les pistes de ski nordique.

Cette montagne est très prisée des Berlinois qui, en 2h30, peuvent venir y faire du ski depuis la capitale sans aller jusque dans les Alpes.

 

 

 

 

À Fischtelsee, nous avons découvert un lac artificiel d'une dizaine d'hectares dans lequel il n'y a pas de poisson à cause des eaux tourbeuses. Autour de ce lac nous avons vu aussi des dégâts de castors. 

Pourquoi des castors ? Parce qu'il y en a dans le Danube et qu'ils remontent du Danube.

Vous allez dire : mais qu'est-ce que le Danube a à voir là dedans.

Ici à Weidenberg, nous sommes sur la ligne du partage des eaux, Europaischer Weisser Sheide. Près de la mairie coule un ruisseau, le Steinach. Celui-ci se jette dans le Main, puis le Rhin, puis la mer du Nord. Sur l'autre versant de la commune, les eaux se jettent dans le Fichtelnaab, qui finira par se jeter dans le Danube, puis la mer Noire.

Merci Uschi et Gunter pour cette leçon de géographie.

Lire la suite

65ème étape, Bayreuth - Weidenberg, 12km, chez Uschi et Gunter

Angelina et Michael chez eux à Bayreuth
Angelina et Michael chez eux à Bayreuth

Alors que Michael avait pris le bus très tôt ce matin pour se rendre en Italie, Angelika, son épouse, nous avait préparé un copieux petit déjeuner. Un grand merci, Michael et Angelika pour votre accueil

Lire la suite

64ème étape, Hollfeld - Bayreuth​, 22km, chez Michael et Angelika

La grimpette matinale
La grimpette matinale

Ce matin, après le petit déjeuner pris chez le boulanger d'en face, nous avons renoué avec une habitude qui devient tenace : les ascensions matinales. Aujourd'hui nous nous sommes même permis de monter jusqu'à l'altitude 550. 

Entre Hollfeld et Bayreuth il n'y a qu'un axe, la BT 22. Soit on marche dessus, soit on marche à côté, soit on le contourne. A ce dernier jeu, il y a eu de petits écarts et des erreurs de parcours qu'il a fallu corriger en traversant les pâtures.

 

Lire la suite

63ème étape, Litzendorff (Schammelsdorf) - Hollfeld, 22km, sous la chaleur

Dès 7h, il fait chaud dans les bois
Dès 7h, il fait chaud dans les bois

A 6h30, nous attaquons la colline près du gîte où nous étions logés. Nous allons monter pendant près de 2 heures. Mais à 7h, marqués par l'effort de l'ascension en plein bois, nous étions déjà trempés de sueur. 

La route que nous avons prise ne nous a pas fait découvrir des paysages toscans mais plutôt une succession de petits bois et de petites plaines. 

 

 

Lire la suite

62ème étape, Bamberg - Schammelsdorf, 12km, matinée de visite

l'impératrice Cunégonde sur le Untere Brucke
l'impératrice Cunégonde sur le Untere Brucke

Ce matin nous avons pris le temps de visiter la Cathédrale de Bamberg, le Bamberger Dom. 

C'est vraiment quelque chose de monumental et, sachant qu'au bout de 10 ans de présence, certains employés y font encore des découvertes, nous nous sentons un peu ridicules avec notre heure de visite.

Chaque porte d'entrée mérite qu'on s'y attarde longtemps pour comprendre toute la symbolique des sculptures.

Avec chacun leur pilier, les évêques semblent soutenir l'édifice depuis des siècles.

Lire la suite

61ème étape, Sand am Main - Bamberg, 27km, Main: te reverra t'on ?

Passage d'une péniche-paquebot sur le Main
Passage d'une péniche-paquebot sur le Main

La brume n'était pas encore dissipée ce matin lorsque nous avons quitté Sand am Main. Et pourtant nous n'étions pas de bonne heure. C'est par la rive gauche que nous avons décidé de cheminer jusqu'à notre terme dominical.

Les villages se sont succédés : Limbarch, Eltmann, Eschenbach, Dippach, Rossstad, Trunstad. Plus la litanie s'allongeait, plus l'espoir de trouver une Backerei ouverte s'amenuisait.

Mais à Viereth, miracle ! la Brauerei Gasthof, brasserie restaurant,  est ouverte. Ce doit être le seul restaurant ouvert à cent lieues à la ronde. Une armée de serveuses vont et viennent autour des innombrables convives. On se croirait chez Le Lain, à Ste Anne, le jour du Pardon. 

 

 

Lire la suite

60ème étape, Schonungen - Sand am Main, 27 km, 4ème traversée du Main

La stèle rappelant le martyre du Bx Liborius Wagner
La stèle rappelant le martyre du Bx Liborius Wagner

Hier à l'entrée de Schonungen, nous avons vu une plaque-souvenir rappelant le martyre sur ce lieu même, du Bx Liborius Wagner. Luthérien comme toute sa famille, il s'était converti au catholicisme et était devenu prêtre. Pour cela il fut arrêté et torturé par ses anciens coreligionnaires pendant 6 jours. Le 9 décembre 1631 il est poignardé, jetté dans le Main et n'est retrouvé que plusieurs mois plus tard par des pêcheurs.

À Schonungen, on honore aussi St Alban. Il s'agit de St Alban de Mayence, né dans l'île Grecque de Nexos et envoyé par St Ambroise de Milan en Gaule lutter contre les hérétiques Ariens (ah ! ces bons à rien !) avant d'être nommé à Mayence pour défendre et professer le symbole de Nicee. Traqué par les hérétiques, il meurt décapité à Mayence en 406.

Il n'a donc rien à voir avec notre St Albin de Languidic.

 

Lire la suite

59ème étape, Wipfeld - Schweinfurt - Schonungen, 22km, ça roule comme sur des roulements

une carte des région traversées récemment
une carte des région traversées récemment

Nous avons laissé Wipfeld vers 7h30. Le passeur qui fait la navette pour le Kloster St. Ludwig, couvent St Ludwig sur la rive gauche du Main avait déjà pris son service.

Notre parcours ne nous a fait traverser que Bergrheinfeld. Et à Schweinfurt, nous avons bouclé notre périple dans le Goszfeld et son Frankishes Weinland, son vignoble de Franconie.

Lire la suite

58ème étape, Wurtzburg - Wipfeld, 26km, la Fête-Dieu

la tentation a été trop forte devant le champ de fraises
la tentation a été trop forte devant le champ de fraises

Levés de très bonne heure, nous étions sur la route à 6h15 pour nous payer toutes les zones industrielles et commerciales de Wurtzburg, les grandes artères qui se coupent et s'entrecoupent au milieu desquelles le pèlerin doit se frayer son chemin. Nous étions étonnés car, pour un jeudi, il n'y avait pas beaucoup de monde sur les routes.

Plus la matinée s'avançait, plus nous nous trouvions seuls. Nous pensions traverser une zone boisée et accidentée. Ce fut au contraire d'immenses plateaux cultivés et une succession de petits bourgs avec chacun sa zone artisanale.

Nous avons vu des champs de carottes cultivées sur buttes comme des pommes de terre, des champs de fraises, des champs de melons ou d'une culture dont les feuilles leur sont semblables.

Il nous arrive parfois le soir de nous satisfaire d'une  salade. Dans cette salade, où que ce soit, il y a toujours une râpure de quelque chose au goût de chou. C'est du chou-rave dont nous avons vu un champ aujourd'hui. Du chou-rave ! Du chou-rave ! Tout le monde connait : sauf nous !

On dit que les Croisés au retour des Croisades ont ramené des produits qui n'existaient pas chez eux. On parle ainsi de la prune d'Ente et de l'échalote. 

Et bien l'an prochain, il y aura du chou-rave dans notre jardin.

Lire la suite

57ème étape, Helmstadt - Wurtzburg, 21km, opération délestage

promenade matinale
promenade matinale

C'est une agréable promenade à travers champs, à travers bois, voire à travers les autoroutes, qui nous a conduits de Helmstadt à Wurtzburg où nous avons retrouvé le Main. À vrai dire depuis quelques jours nous ne pouvons plus vivre sans lui.

 

Lire la suite

56ème étape, Wertheim - Helmstadt, 18km, les boucles du Main

 le barrage de régulation sur le Main et l'écluse pour les péniches
le barrage de régulation sur le Main et l'écluse pour les péniches

2 solutions se présentaient à nous ce matin pour quitter Wertheim, soit le Main à longer le long d'une route circulante et ses 3 kilomètres supplémentaires, soit l'ascension du massif montagneux qui protège la ville.

Pour garder nos bonnes habitudes matinales, c'est cette voie que nous avons choisie. Sitôt sur le plateau, nous avons cheminé bien tranquillement avec le Main en contrebas, visible de temps en temps. Il nous fallait contourner la boucle Sud, celle d'Urphar. Ainsi nous avons pu avoir les explications de visu. Le Main est navigable parce que son débit est régulé par des barrages placés tous les 5-10km. Une écluse latérale permet aux péniches de naviguer. Mais les seules que nous ayons vues étaient d'énormes péniches-paquebots pour la croisière fluviale.

Lire la suite

55ème étape, Monchfeld - Wertheim, 26km, on descend pour faire les courses

La marche matinale dans les bois
La marche matinale dans les bois

Nous étions à flanc de côteau hier soir à Monchfeld, le long du panorama-weg, chemin panoramique orienté vers le plateau de la Hesse que nous avons traversé hier. Après l'ascension de plus d'une heure du massif boisé, nous avons attaqué une longue et lente descente sur Collenberg où nous retrouvons le Main que nous allons longer pendant quelques km côté Bavière et qui sera le trait d'union de tout ce que nous ferons aujourd'hui.

Lire la suite

54eme étape, Hochst im Odenwald - Monchberg, 24km : laborieuse journée

Hochst im Odenwald
Une rue de Hochst im Odenwald

Hier soir, à la Katholishes Pfarrant Christ-Koning, paroisse catholique du Christ-Roi à Hochst I-O, c'était la Hochfest der Heiligsten Dreifaltigkeit, c'était la messe de la Sainte Trinité. Nous n'avons pas très bien compris et même pas du tout, les paroles du célébrant d'origine polonaise. 

C'est très intéressant de voir ce qui se fait chez les autres et finalement de se dire que, ce qui se fait chez nous, dans nos paroisses en Bretagne, n'est pas si mal. Pour une paroisse grande comme Plouhinec en superficie mais avec 9700 hab il n'y avait que 25 personnes à la messe de ce samedi soir. Il faut signaler toutefois  que l'Eglise Évangéliste luthérienne est dominante dans la pratique religieuse de toutes les régions d'Allemagne que nous avons traversées.

Lire la suite

53ème étape, Modautal-Ernsthofen - Hochst im Odenwald, 24km, la honte ce matin

La plaine rhénane vue des massifs de la Hesse
La plaine rhénane vue des massifs de la Hesse

Lorsque nous sommes rentrés dans notre gasthaus hier soir, nous avions les pieds trempés. Nous avons enlevés nos chaussures avant de monter à l'étage, mais avec nos pieds et nos chaussettes mouillés nous laissions des traces partout. Nous avons fait ce que nous avons pu pour sécher nos chaussures mais ce matin elles étaient toujours mouillées. Alors nous avons pris une initiative ; il y avait un sèche-cheveux dans la pièce. Alors aux grands maux les grands moyens : on met le sèche-cheveux directement dans les godasses. Et malheureusement ce qui devait arriver arriva : surchauffe ! Le sèche-cheveux commence à fondre et grille.

La honte !

Notre hôtesse a été compréhensive. Nous avons payé notre nuit et lui avons laissé un billet pour le remplacement de l'appareil. Elle était satisfaite.

Lire la suite

52ème étape, Gernsheim - Ernsthofen, 24km, la rive droite du Rhin et les premières collines de la Hesse

Jacob, notre boulanger-pianiste à l'œuvre
Jacob, notre boulanger-pianiste à l'œuvre

 

Nous ne savons pas si nous arriverons à nous accommoder des habitudes allemandes. Mais nous faisons beaucoup d'efforts. Nous apprécions énormément le fruhstuck, le petit déjeuner, toujours copieux.

À Lonsheim nous étions logés chez un viticulteur qui fait aussi des chambres d'hôtes mais cela ressemblait davantage à un hôtel.

Hier soir, nous étions logés dans une backerei-konditorei (boulangerie pâtisserie) elle fait aussi salon de thé.

Nous avons pris un encas pour notre dîner, le patron, 83ans, est venu causer avec nous. Il nous a expliqué qu'il aurait aimé apprendre le français mais la mort prématurée de son père à 47 ans, l'a obligé à arrêter ses études pour reprendre la boulangerie. Il parle remarquablement l'anglais. Son dada c'est son piano, un Bluthner-Leipzig de 150ans qui trône dans son salon. Il s'est mis au piano et nous avons été époustouflés de voir notre boulanger de 83 ans jouer si bien.

 

 

Lire la suite

51ème étape, Osthofen - Gernsheim, 15km, "ils ont traversé le Rhin"

Un des immenses champs d'oignons découverts ce matin
Un des immenses champs d'oignons découverts ce matin

Après le temps changeant d'hier, bourrasques et petits grains, nous avons apprécié le retour de l'été aujourd'hui. Nous nous posions des questions sur l'allègement éventuel de nos sacs. Pourrait-on se séparer de nos polaires pour alléger nos fardeaux ? Hier nous avons eu la réponse : non ! Toute la journée nous les avons supportées et fortement appréciées. C'est décidé, nous les gardons !

 

Sitôt quittés Osthofen, nous nous retrouvons dans la plaine du Rhin. Et là nous découvrons, nous longeons, nous traversons des champs d'oignons, des centaines d'ha, avec des parcelles de l'ordre de 10ha, des champs propres et des promesses de récolte impressionnante. 

 

 

Lire la suite

50ème étape, Lonsheim (Bermersheim) - Osthofen, 22 km (+2), le vignoble rhénan

Agnès dans le vignoble rhenan
Agnès dans le vignoble rhenan

Après la découverte de la Rhénanie viticole, hier après-midi, nous avons prolongé cette découverte en quittant Lonsheim, puis en traversant les vignobles sur 20km jusqu'à notre arrivée, ici, à Osthofen.

Nous avons été impressionnés par l'immensité de ce vignoble et par le travail fait en ce moment par les viticulteurs.

Chaque cep produit des rameaux qui vont dans tous les sens et pour les ramener au centre du pied, les ouvriers viticoles remontent un fil de fer  placé en situation basse sur les pieux d'alignement. Ce faisant, les rameaux sont automatiquement ramenés vers le haut.

 

Lire la suite

49ème étape, Obermoschel - Bermersheim vor der Hohe, 27km, les plantations de cerisiers de la Rhénanie

massifs du Palatinat
derniers efforts dans les massifs du Palatinat

Ce matin comme tous les jours depuis notre entrée en Palatinat (mais c'était déjà le cas dans la Sarre), nous avons joué avec les vallées quittant l'une pour découvrir l'autre. Le problème à ce jeu là, c'est qu'il faut gravir des collines et les redescendre. Comme les collines sont boisées, il ne faut pas rater la bonne allée forestière surtout lorsqu'elle se réduit à un simple sentier que seuls les sangliers ont fréquenté depuis deux mois.

Lire la suite

48ème étape, Lauterecken - Obermoschel, 21km, le weingut du Palatinat.

Agnès marche dans la campagne du Palatinat avec des intentions très pacifiques
Agnès marche dans la campagne du Palatinat avec des intentions très pacifiques

Toute la journée d'hier, depuis Ulmet, et aujourd'hui sur la moitié du parcours, nous avons joué avec la rivière qui coule dans la vallée, passant une fois sur la rive droite, une fois sur la rive gauche. Cette rivière s'appelle le Glan.

Nous entendons certains rire dans leur moustache en se disant : finalement, vous avez glandouillé.

À Lauterecken, le Glan reçoit la Lauter. À quelques kilomètres d'ici, il va se jeter dans la Nahe. Et la Nahe remonte tranquillement vers le Nord pour rejoindre le Rhin à Bingen am Rhein, le pays de Ste Hildegarde, celle qui fut proclamée Docteur de l'Eglise par le pape Benoît XVI.

 

Nous sommes dans le Palatinat, Pflaz. Un Palatinat est le territoire d'un comte Palatin, représentant direct d'un souverain. Cette charge était souvent héréditaire. Le Palatinat que nous traversons est connu en France par les exactions de Turenne et son armée en 1674. Alors que le roi Louis XIV guerroyait dans le Nord de la France, il avait chargé Turenne et ses 16 000 hommes, de surveiller les frontières du royaume en Lorraine et en Alsace contre un envahisseur potentiel, l'empereur germanique et ses 40 000 hommes. Turenne adopte une stratégie épouvantable. Pour empêcher les troupes de l'empereur d'arriver aux frontières, il faut leur supprimer tout ravitaillement possible pour les hommes et les chevaux. Le 14 juin il franchit le Rhin, entre dans le Palatinat et pratique la politique de la terre brulée. La nouveauté qu'introduit Turenne ce sont les exactions systématiques ordonnées par le haut commandement et menées à grande échelle. 

Un jour il écrivit : aujourd'hui j'ai détruit 13 villages, il n'y a plus âme qui vive.

 

 

Lire la suite

47ème étape, Ulmet - Lauterecken, 14km, dimanche de Pfingst

Une famille se promenant en draisine sur l'ancienne voie ferrée
Une famille se promenant en draisine sur l'ancienne voie ferrée

Notre hôtelière d'hier soir ne nous ayant libérés qu'à 8h30, nous partons donc dans l'inconnue la plus complète  pour cette journée. La première partie fut magnifique avec un chemin à flanc de coteau et des paysages superbes. Celle-ci fut suivie par une marche le long d'une ancienne voie ferrée encore utilisée par des promeneurs en draisines. 

Et ce fut ainsi toute la journée.

 

 

Lire la suite

46ème étape, Sankt Wendel - Ulmet, 29km, longue journée pour entrer en Rhénanie-Palatinat

Le tombeau de St Wendelin
Le tombeau de St Wendelin

Hier soir, après avoir écrit les lignes du blog, nous sommes retournés au centre de Sankt Wendel. Alors qu'une messe se terminait dans la basilique, nous avons pu entendre les orgues : 57 jeux + un carillon. Ce sont des orgues anciennes totalement rénovées dans les années 70.

Nous avons pu nous approcher du tombeau de St Wendelin, saint Irlandais qui aimait beaucoup les moutons.

Nous avons pu aussi voir un élément d'un retable de la basilique. Il représente Ste Anne portant l'enfant Jésus sur ses genoux avec en arrière plan St Joachim

Lire la suite

45ème étape, Lebach - Sankt Wendel, 24km, journée extra : tout va bien

Installation de panneaux photovoltaïques sur plus de 2 ha à la sortie de Lebach
Installation de panneaux photovoltaïques sur plus de 2 ha à la sortie de Lebach

Notre journée a très bien commencé avec un copieux petit déjeuner. Et puis en mettant un pied devant l'autre et en recommençant ainsi, nous avons suivi la grand route pendant une bonne dizaine de kilomètres. La route était spécialement aménagée pour que des piétons et des cyclistes puissent se déplacer en toute sécurité ; c'est parfaitement ce que nous avons ressenti. Les villes succédaient aux villes. On en quittait une pour entrer dans une autre. C'était plutôt des quartiers urbanisés que des villes.

À l'entrée d'Eppelborn, vers 8h30, une boulangerie est ouverte : nous sommes assurés d'avoir notre sandwich à midi.

Un peu plus loin, une banque est ouverte et accepte de nous donner de l'argent : nous ne serons plus des vagabonds contraints à la rapine.

Nous avançons sur la route. Une copine d'Ingrid, marchande de fraises, nous interpelle et nous offre à chacun une fraise. Dieu, que c'était bon ! Ingrid, si tu vois des pèlerins passer au bout de ton champ, fais comme si c'était nous !

Sans paraître une grande ville, Eppelborn fait malgré tout 17 000 hab. 

Dans ce qui nous a paru le centre, nous voyons un magasin Schumacherei. Nous nous disons qu'en breton ça doit vouloir dire Ti ar Héré. Nous entrons et nous demandons au professionnel des lieux de coudre nos sangles de sac à dos. Car il y a un problème : ou bien nos sangles de sac s'allongent ou bien c'est le pèlerin qui rétrécit en circonférence. Ben oui ! C'est un problème. Et Herr Schumacher nous le résout sur le champ, avec plaisir et gratuitement.

Mersi braz, Aotrou Kéré.

Lire la suite

44ème étape, Merzig - Lebach, 26km, 1000km

Légende Agnès dans la campagne
Légende Agnès dans la campagne

Les tests des pieds étant jugés concluants, nous pouvons dorénavant prendre la distance de croisière qui aujourd'hui, nous a fait passer d'une vallée à une autre puis une autre et encore une autre.

Nous nous attendions à une densité importante de population mais ce n'est pas ce que nous avons trouvé : beaucoup d'espaces boisés, beaucoup de terres agricoles.

Lire la suite