43ème étape, Evendorff (France) - Merzig (Allemagne), 20km, la frontière est passée.

L'installation de méthanisation du Gaec de l'Alliance à Evendorff
L'installation de méthanisation du Gaec de l'Alliance à Evendorff

Dès 7h30, nous quittons notre chambre d'hôtes du Gaec de l'Alliance. Nous nous éloignons progressivement de cette grande exploitation de 200 vaches laitières, magistralement gérée avec ses installations de salle de traite arrière en deux fois dix postes et ses deux robots trayeurs. Nous voyons progressivement disparaître les panneaux photovoltaïques et la station de méthanisation

Lire la suite

42ème étape, Koenigsmacker - Evendorff, 17km, au Pays des 3 Frontières

Agnès dans les sous bois de Moselle
Agnès dans les sous bois de Moselle

Ce matin, nous avons quitté la plaine de la Moselle et Cattenom et sa fabrique à nuages pour nous enfoncer dans un massif à relief accidenté. Ceci nous vaut de magnifiques montées et descentes à travers bois. De temps en temps, les chemins que nous devons emprunter n'existent plus. Parfois de valeureux amis de chemins de randonnée en ont créés de nouveaux mais en leur faisant faire des contorsions longues et pénibles. Bref, ça fait doubler le kilométrage. Ce n'est pas tout à fait ce que nous recherchons, mais nous reconnaissons la qualité de leur travail. 

Lire la suite

41ème étape, Thionville - Koenigsmacker, 13km, demi-étape pour une remise en jambes.

Un petit bouquet de fleurs des champs
Un petit bouquet de fleurs des champs

Avec une journée de retard, nous offrons un joli bouquet de fleurs aux mamans qui nous accompagnent, la maman de nos enfants, les mamans de nos petits enfants et toutes les mamans. 

 

 

Lire la suite

40ème étape, Tucquegnieux - Thionville, 26km (+4), 54, 55, 56, 57 : chasser l'intrus.

Le père Jean-Paul Demange chez lui au piano
Le père Jean-Paul Demange chez lui au piano

A son arrivée en 1981, le père JP Demange m'a expliqué  qu'il a vécu  personnellement en qualité de prêtre et de pasteur d'un troupeau le désarroi de la  population. Dans le bassin minier, les mines de fer fermaient les unes  après les autres. Le dernier puits de Tucquegnieux a été fermé en 1986. La fermeture d'une mine est toujours vécue avec un   grand déchirement et une grande douleur par des familles qui vivaient de cela depuis plusieurs générations.

Tucquegnieux est une des cités minières les plus importantes du bassin Lorrain. La commune n'est pas très grande, 920 ha, pour 2500 hab. Elle s'étire de toute sa longueur sur le filon minier sur 7 km. On y trouve Tucquegnieux Village, le vieux Tucquegnieux d'avant les mines, puis on trouve Tucquegnieux Plateau, là où il y avait les mines et où se trouve un centre bourg, enfin il y a Tucquegnieux Marine, quartier ouvrier où se trouvait une usine sidérurgique pour la fabrication de pièces marines. C'est dans l'église de ce dernier village que j'ai assisté à la messe hier soir. Cette église a été construite à partir de matériaux de récupération de baraquements américains d'après-guerre 14. C'est une église en bois, consolidée extérieurement par du béton.

Passionné de musique, Bach, Beethoven, le père Demange tenait l'orgue. A 80 ans, tous les jours il passe une à deux heures au piano pour entretenir sa passion. Féru d'orgue, il a aussi écrit beaucoup d'arrangements pour orgue, pour des cantiques usuels.

Un grand merci Père Demange pour la simplicité et la chaleur de votre accueil.

 

 

Lire la suite

39ème étape, Rouvres en Woevre - Tucquegnieux, 21km, en passant par la Lorraine.

Marche dans un champ d'orge
Marche dans un champ d'orge

C'est une agréable soirée que j'ai passée hier soir en compagnie de M et Mme Berque dans leur gîte de Rouvres en Woevre. Et ce matin après un riche et copieux petit déjeuner, j'ai pris le départ pour Tucquegnieux.

Dès 9h, je quittais la Meuse (55) pour la Meurthe et Moselle (54). Ce département a une forme géographique étonnante en forme de vase bombé à long col. La partie Nord, le col, est coincé entre la Meuse et la Moselle et touche la Belgique et le Luxembourg. La grosse majorité du département se trouve plus au Sud autour de Nancy.

 

 

Ce fut encore une marche en solitaire comme hier à travers l'immense plaine du Woevre. Ce matin en suivant les indications de chemin de mon GPS, je me suis retrouvé au milieu d'un champ d'orge. Heureusement que l'orge n'était pas mûre ! Sinon, bonjour les chaussettes avec les épillets et les barbes ! Je découvre aussi quelques champs de tournesol. Curieux ! Car je trouve que les maïs n'ont pas belle allure. Alors comment des tournesols peuvent-ils mûrir ici ?

 

Lire la suite

38ème étape, Marre - Douaumont - Rouvres en Woëvre, 33km -Ils n'ont pas passé.

L'hôtel du Village gaulois de Marre
L'hôtel du Village gaulois de Marre

Avant de commencer le blog de la journée, un petit correctif : Mitterrand était sergent-chef lorsqu'il fut blessé à la côte 304 en juin 40.

J'étais logé au village gaulois à Marre, hier soir, un ensemble restaurant hôtel construit intégralement par le patron : le restaurant, l'hôtel, les salles, le mobilier, l'aménagement interne.

C'était écrit sur le dépliant que pendant que Madame tannait, tissait, brodait, décorait, Monsieur récoltait dans les champs des pierres de construction qu'il taillait et agencait.

Chaque hiver, une nouvelle chambre, une nouvelle salle venaient s'ajouter à ce qui avait été réalisé précédemment.

C'est en quelque sorte, l'hôtel-restaurant du Facteur Cheval.

 

Lire la suite

37ème étape, Varennes en Argonne - Marre, 22km, le front oublié de Verdun

Hôtel du Grand Monarque à Varennes en Argonne.
Hôtel du Grand Monarque à Varennes en Argonne.

Hier soir, il m'a été posé une question piège : pour vous le Breton,  les biscuits LU ça vient d'où ?

Réponse catégorique de ma part : de Nantes, comme l'aurait tout Breton normalement constitué, fut-il nantais !

Et bien non ! Jean-Romain Lefebvre et son épouse Pauline-Isabelle Utile sont nés tous les deux à Varennes en Argonne.

 

 

Pendant mon repas en solitaire, j'ai eu l'occasion de voir une carte définissant l'Argonne. Globalement, l'Argonne se situe pour un gros tiers au Sud-est des Ardennes, pour un gros tiers à l'Ouest de la Meuse, rive gauche de la rivière Meuse, et pour un petit tiers à l'Est de la Meuse.

 

Lire la suite

36ème étape, Autry - Varennes en Argonne, 18km, chez Louis XVI

le gîte Gerardin à Autry aux Portes de l'Argonne
le gîte Gerardin à Autry aux Portes de l'Argonne

Depuis hier matin, avec Agnès, nous avons procédé à une modification de parcours.

De Pauvres, nous devions descendre plein Sud vers le camp de Suippes, théâtre des 2 Batailles de Champagne en 1915 et de là, marcher sur Verdun.

Mais nous avons décidé de ne pas marcher vers le Sud et d'aller directement sur Verdun. C'est la raison pour laquelle je me suis arrêté à Autry, au Sud des Ardennes, aux Portes de l'Argonne ardennaise, c'est ainsi que Mme Gerardin, la propriétaire du gîte d'hier soir, définit sa petite région.

En sortant du bourg, j'ai franchi l'Aisne. C'est un cours de géographie que j'ai fait en regardant où cette rivière prend sa source : en Argonne, au Sud de Verdun. Puis elle file en serpentant vers le Nord et à Rethel, elle corrige son itinéraire pour aller se jeter dans l'Oise au nord de Compiègne.

Lire la suite

35ème étape, Pauvres - Autry, 34km ; Agnès arrête temporairement pour se soigner.

Agnès avec Josette et Jean Paul à Barby
Agnès avec Josette et Jean Paul à Barby

Après une bonne et tardive (pour nous pèlerins) soirée chez Josette et Jean-Paul et leurs amis Dominique et Bruno, il a fallu procéder à l'opération "ampoules douloureuses" pour Agnès.

Nous le savons bien : pour pèleriner, il ne faut pas avoir d'ampoules. Mais lorsqu'elles sont là, il faut s'en occuper sinon ce sont elles qui s'occupent de vous.

On nous a conseillé l'aiguille désinfectée pour percer et le fil pour faire drain. Alors on l'a fait.

 

Ce matin ce fut l'opération "compeed" ; ce sont des pansements spécifiques pour ampoules qui marchent théoriquement très bien. Nous avons donc procédé à la vérification théorie - pratique. Après avoir chaussé chaussettes et chaussures neuves (3 jours), Josette et Jean-Paul nous ont déposés à notre point initial Pauvres.

 

 

Lire la suite

34ème étape, L'Ecaille - Pauvres, 24km, à la Retourne à travers champs

Agnès avec Remi et Monique à Pomacle
Agnès avec Remi et Monique à Pomacle

Un grand merci à Monique et Remi, les parents de Mathilde, la copine d'Eléna, pour nous avoir hébergés et nourris hier soir.

À 7h45, Remi nous déposait devant l'église de L'Ecaille. De là, nous sommes partis en prenant des chemins de traverse et en longeant sur une quinzaine de kilomètres la "Retourne", un affluent de l'Aisne.

Nous avions tous les ingrédients pour faire une excellente journée : le soleil, les chemins de campagne et l'assurance du gîte pour ce soir. Tout ! Sauf que hier matin, Agnès a dû chausser des chaussures neuves, les anciennes étaient rendues hors d'usage.

Hélas, le mariage à 3, les pieds, les chaussettes et les nouvelles chaussures n'a pas été un modèle du genre.

Bref, vous avez compris : alors que nous longions la Retourne, nous étions un peu à la ramasse.

Lire la suite

33ème étape, La Malmaison - L'Ecaille, 25km, La reprise sous le soleil

Marc rapporte les bâtons
Marc rapporte les bâtons

De bon matin, nous avons pris le train de pèlerins décidés à poursuivre leur chemin. Il était 7h15, obligeant Ingrid et Marc à raccourcir leur grasse matinée.

 

Après deux jours d'arrêt, on a tendance à oublier beaucoup de choses. Cette fois ce sont ses bâtons qu'Agnès avait oublié. Par chance elle s'en est aperçu assez tôt et après un petit SMS vite expédié, Marc a enfourché son vélo pour les lui rapporter.

Lire la suite

Pause à la Malmaison : 2eme journée

monument aux morts -  la Malmaison
le monument aux morts de la Malmaison

Nous voulons profiter de ce temps de repos pour faire quelques correctifs ou compléments sur ce que nous avons écrit ces derniers jours.

Nous parlions de l'évêque de Laon Soissons célébrant une messe à Confrecourt. Il s'agit de Mgr Renauld de Dinechin, évêque de Laon, Soissons et Saint Quentin.

Nous avons vu le monument aux morts de la Malmaison ; c'est une copie quasi-identique de celui de Laversines (à moins que ce soit l'inverse) : la République penchée sur ses enfants.

Lire la suite

Pause à la Malmaison : 1ere journée

La Sainte Anne de la Malmaison
La Sainte Anne de la Malmaison

Sur notre projet de route, il y avait ce point très haut placé sur la carte. Nous l'avions placé là parce que nous savions que nous pourrions y faire une pause d'une ou de deux journées pour nous requinquer, pour corriger quelques petits trucs, pour acheter ce qui peut manquer ou réexpédier ce qui est en trop ou qui ne sert plus.

 

Sur le bord du chemin d'Amifontaine, nous avons pu voir un calvaire bâti en mémoire d'un jeune aviateur mort en exercice, après guerre, avec cette épitaphe :

Aligerum coelo natum quid terra negasti ?

Ça, c'est du travail de traduction pour un prof de latin !

 

Nous avons pu visiter l'église St Michel de la Malmaison, église détruite intégralement, comme l'ensemble du village pendant la guerre 14. Le village avait été redessiné et l'église reconstruite à une vingtaine de mètres du lieu initial.

Mamy Colette, la déléguée paroissiale aux clefs, nous a expliqué que la chaire et les stalles du chœur avaient pu être récupérés dans les décombres de l'ancienne église, ainsi que plusieurs statues.

Dans un petit coin, nous avons découvert une Ste Anne. Depuis la guerre 14, il lui manque un bras  ; elle attend toujours qu'on le lui restitue ou qu'on lui en greffe un nouveau.

Lire la suite

32ème étape, Corbeny - La Malmaison, 15km, 1ère journee en short

Jean-Jacques en short au départ de Corbeny
Jean-Jacques en short au départ de Corbeny

Deux couples d'Anglais ont pris leur petit déjeuner avec nous ce matin. Une dame a tenu à nous prendre en photo, répétant sans cesse : "Fantastic ! fantastic !".

C'était la première journée en short pour Jean-Jacques : pas très bien choisie pour montrer ses gambettes alors que le temps était menaçant.

 

Lire la suite

31ème étape, Bourg et Comin - Corbeny, 19km, le Chemin des Dames

Le 17 mai 2017, les Zouaves du 56 montent à l'assaut du Chemin des Dames par le flanc Sud.
Le 17 mai 2017, les Zouaves du 56 montent à l'assaut du Chemin des Dames par le flanc Sud.

Pourquoi le Chemin des Dames est il si réputé ?

-On dit qu'il doit son nom au fait qu'au XVIIIeme siècle, la duchesse de Narbonne, dame d'honneur d'une fille de Louis XV s'était mise dans la tête de rendre la route carrossable pour accéder à son château de la Bove.

-Pour rester dans l'histoire, le Chemin des Dames, c'est encore la bataille de Craonne, les 6 et 7 mars 1814, engagée par l'Armée Impériale de Napoléon contre une coalition des armées prussiennes et russes commandée par Blucher. Ce fut le début de la fin pour Napoléon, car les 30 et 31 mars, Paris capitulait et le 6 avril voyait l'abdication de l'Empereur.

-En septembre 1914, le 22 et les jours suivants, le 4eme Régiment de Zouaves s'illustra ici contre la Garde Impériale Allemande en conservant la ferme d'Hurtebise pendant 7 jours sous une canonnade violente et sous des assauts répétés de l'ennemi.

- Enfin à  partir du 16 avril 1917, ce fut le lancement de la grande et meurtrière   Nivelle.

Lire la suite

30ème étape, Crouy (Soissons) - Bourg et Comin, 25km : la chaleur.

cathédrale de Soissons
la cathédrale de Soissons

Hier soir nous avions visité la cathédrale de Soissons et notre compte rendu n'était qu'approximatif et chargé d'erreurs.

Lors du conflit de 14-18, elle fut détruite au 3/4. Elle fut reconstruite à l'identique grâce aux fonds de dommages de guerre versés par l'État Allemand. Initialement il n'y avait qu'une tour, une seule fut reconstruite, la deuxième est toujours manquante.

Elle a pour nom St Gervais et St Protais. Illustres Romains disions nous de manière simpliste ! C'étaient deux frères jumeaux convertis au christianisme qui furent martyrisés à Milan par des soldats de Néron (vers 60) parce qu'ils refusaient d'abjurer leur foi. Un chrétien de Milan ensevelit leur corps dans sa maison. St Ambroise au 4e siècle retrouva leur sépulture et propagea leur culte.

C'est donc par erreur que nous avions parlé de St Servais obsédés que nous étions par les Saints de glace. (St Mamers, St Pancrace et St Servais, fêtés ces jours ci).

Et Rubens ? Nous entendons vraiment ce que nous voulons bien entendre. Et il est vraisemblable que François, notre guide, nous ait bien dit la vérité. Il s'agit de l'Adoration des Bergers, une toile inestimable, peinte par Rubens dans son atelier à Anvers vers 1620 et acheté par l'évêque de Soissons.

Bien national depuis la nationalisation des biens du clergé, elle ne peut pas être vendue. D'ailleurs pour cela il faudrait déjà aller la chercher car elle se trouve à 5m de hauteur et mesure 3m par 2m30.

Lire la suite

29ème étape, Vic sur Aisne - Crouy (Soissons), 21km, le beau temps revient doucement.

Fontenoy, les fusillés pour l'exemple
les fusillés de Port Fontenoy

Après les grands moments d'émotion hier soir, dans les carrières de Confrecourt, nous avons repris le chemin vers 7h30. Il y avait encore flottant dans l'air, les effluves désagréables de la station d'épuration de l'usine Vico de Vic. 

Depuis hier soir nous sommes dans l'Aisne, toujours dans les Hauts de France.

Pour rejoindre Soissons, la ville du vase, nous avons cheminé au plus proche de l'Aisne, découvrant à partir de panneaux de présentation l'importance de cette rivière dans le conflit de 14-18.

À Port Fontenoy, nous découvrons l'histoire de deux soldats fusillés pour l'exemple pendant la guerre, Leymarie et Bersot, l'un pour une histoire de pantalon et l'autre pour une blessure à la main.

L'Etat Major souhaitait faire des exemples, croyant ainsi régler tous les problèmes de discipline.

Lire la suite

28ème étape, Trosly-Breuil - Vic-sur-Aisne, 14km, on s'adapte au mieux aux difficultés

la prière de l'Arche
la prière de l'Arche

Hier soir, nous étions logés à la Ferme de Trosly-Breuil. Mais qu'est-ce donc ? C'est une communauté dans l'Arche ayant une vocation spécifique de prière et d'accueil. 

C'est un centre spirituel situé à proximité de la forêt Compiègne, aménagé dans des bâtiments respectant le style des maisons du Soissonnais.

La Ferme se veut un lieu de prière, un lieu de formation, un lieu de ressourcement.

Lire la suite

28ème étape suite

Il est 18h30, Jean Luc Pamart vient de rentrer. Après avoir fait connaissance, il nous propose de nous faire découvrir les carrières de Confrecourt. Nous partons en voiture tous les 4 : Jean Luc et son épouse Béatrix et nous deux. 

Lire la suite

27ème étape, Pont Sainte Maxence - Trosly-Breuil, 32km, la traversée de la Forêt de Compiègne

l'Oise
L'Oise à Pont Sainte Maxence

Nous n'avons que peu profité de l'appartement mis à notre disposition (moyennant finances), avec terrasse, salon, multiples chambres et vue sur l'Oise.

Il était 7h-1/4 lorsque nous avons pris la route, sans petit déjeuner que nous avons pris par fraction à Pontpoint où il a fallu attendre l'ouverture du café. À Verberie, notre avons complété notre ration de survie pour nous lancer dans la grande épreuve.

Lire la suite

26ème étape, Mouy - Pont-Sainte-Maxence, 29km, journée d'émotions

la statue de La Rochefoucauld à Liancourt
la statue de La Rochefoucauld à Liancourt

Ce n'est que tardivement que nous avons quitté notre hébergement ce matin. Ceci nous a valu d'arriver vers midi à Liancourt. Dans ce secteur peuplé de l'Oise, les villes de Cauffry, Rantigny et Liancourt se font suite comme les villes industrielles du bassin minier du Nord.

Chez le boulanger :

"Ah mais c'est vous que j'ai vus sur la route après Mouy, ce matin ! Vous marchez vite ! "

Au café où nous prenons un petit noir, un homme reconnaît le drapeau breton et s'intéresse à nous :

"Je suis de Melrand, je suis arrivé ici tout petit avec mes parents. Hélas je ne parle pas breton."

Toujours au bar, un autre gars :

" Mais je vous ai vus il y a 4-5 jours, je suis chauffeur livreur, je vous ai vus sur une petite route, vous aviez le drapeau breton bien visible, vous marchiez devant et la dame derrière."

Lire la suite

25ème étape, Berneuil en Bray - Mouy, 20km : avec les Dragons de Turenne

Aliette et Christian qui nous ont accueillis hier
Aliette et Christian qui nous ont accueillis hier

Hier, juste avant d'arriver à notre rendez-vous avec Christian, nous avons traversé le village de Landes en Le Mesnil Theribus. C'est un village résidentiel avec des maisons côte à côte et face à face sur plus d'un km de long. Pas de commerce, pas de Café, pas d'église, pas d'artisan : uniquement des résidences et dans la cour de chaque résidence, un ou plusieurs chiens. Pendant le quart d'heure que dura la traversée du village, ce fut un concert ininterrompu d'aboiements de clébards.

Et nous étions avertis avec cette débauche d'ecriteaux : "attention au chien", "chien méchant", "je monte la garde pour mon maître". Qui peut bien oser traverser à pied un village si accueillant ?

Personne ! Si ! Deux types d'individus peuvent le faire : les témoins de Jéhovah et les Le Floch...

 

Heureusement, l'accueil d'Aliette et de Christian nous a très vite fait oublier ces mesquineries canines. Nous avons pu y faire une grande lessive et Agnès a pu revoir sa marraine en maison de retraite  à Trie-Chateau.

La soirée s'est prolongée devant un paysage d'une rare qualité en Picardie. La maison de Christian est construite en toute fin du Pays de Thelle, sur les bordures les plus hautes du Pays de Bray. En face de nous, dans la nuit, Beauvais, et à l'horizon le Plateau Picard avec un festival d'éoliennes éclairées comme des bougies sur un gâteau d'anniversaire

Lire la suite

24ème étape, Chaumont en Vexin - Berneuil en Bray, 18km, le Vexin, le Pays de Thelle et le Pays de Bray

L'église de Chaumont en Vexin
L'église de Chaumont en Vexin

En nous retournant ce matin, pour regarder le Vexin, nous avons vu se dresser l'église de Chaumont, accrochée à la colline qui protège la ville. Et sans aucune rancune nous vous la proposons en photo.



Lire la suite

23ème étape, La Roche Guyon - Chaumont en Vexin, 31km : parcours champêtres

La Roche-Guyon
Agnès grimpe la côte de la Ravine à La Roche-Guyon

À la Roche-Guyon, quasiment  au bords de Seine, il nous a fallu monter la rue de la Ravine pour atteindre sur 1km l'altitude de 100m. Ne rigolez pas chers lecteurs, car ça grimpait sec pour une mise en jambes matinale.

Par la magnifique allée royale de Beauregard, nous avons traversé la forêt régionale de la Roche-Guyon. Un jeune chevreuil a daigné pointer son nez devant nous mais le temps de réagir il avait disparu à nos yeux.

Lire la suite

22ème étape, Breuilpont - La Roche-Guyon, 22km, les premiers 500 sont bouclés

chevreuil au matin
notre premier chevreuil

En ne démarrant qu'à 8h30 ce matin, nous savions que ce serait une petite journée. L'objectif de celle-ci était la traversée de la Seine. Dès 10h, nous quittons l'Eure et la Normandie pour les Yvelines et l'Ile de France.

Depuis près de 10 jours, nous voyons régulièrement sur le bas côté des routes le panneau Attention Animaux. Et bien sûr, nous nous mettons en éveil pour essayer de surprendre un chevreuil ou une biche.

Nous n'avons rien vu. Si ! Par 5 fois, nous avons vu des chevreuils morts sur le bord de la route, fauchés par des véhicules. Aujourd'hui, la chance nous a souri et nous avons pu voir un chevreuil à plus de 300m de nous, broutant bien tranquillement en bordure de champ.

Lire la suite

21ème étape, Saint André de l'Eure - Breuilpont, 16km, petite journée sans pluie

église de St André
l'église de St André avec ses inscriptions républicaines

C'était un peu la panique hier midi à notre arrivée à St André. Nous avons passé un nombre important de coups de fil sans succès. Finalement, nous nous sommes réfugiés à la Médiathèque. Il y avait là deux employées Taous et Marie-Line qui se sont décarcassées pour nous. Lionel, bénévole à la Médiathèque, est arrivé sur les entre-faits et a pris le relais des recherches. Ancien premier adjoint de la commune, il a mis en route son réseau relationnel pour nous. Une heure plus tard, il pouvait nous annoncer un logement pour 18h30.

En attendant, nous en avons profité pour mettre à jour notre blog, corriger 2-3 scories qui s'étaient glissées dans les textes, aller chez le coiffeur pour que Jean Jacques change de tête, visiter le centre ville de Saint André, découvrir la future exposition "Bernard Inchakoff" artiste andresien, marionnettiste, sculpteur et peintre, entrer dans l'église pour découvrir son plafond spectaculaire, nous étonner devant l'écriture extérieure sur l'église : Liberté, Égalité, Fraternité, rester perplexes devant la petite tour sur la place publique que nous avons appris par la suite être une fontaine publique.

 

À 18h30, nous étions chez Francis et Marguerite qui nous ont miraculeusement (sur l'insistance de Lionel) ouvert leur porte. Merci Francis et Marguerite d'accepter d'être dérangés par deux intrus, pèlerins et bretons de surcroît dans ce pays normand.

Merci à toute cette chaîne de solidarité qui s'est mise en route à notre arrivée.

Lire la suite

20ème étape, Damville - Saint André de l'Eure, 15km : et panique pour le logement

un des nombreux puisots de Damville
un des nombreux puisots de Damville

Après avoir quitté la chambre d'hôte de Monsieur Hollard, nous sommes allés prendre notre petit déjeuner au mythique "Café de l'Agriculture".

Mythique car, lorsque Jean-Jacques venait de Beauvais en vacances à Plouhinec,  le trajet passait par Vernon, Damville, Alençon, et à Damville, "Café de l'Agriculture" oblige, il y avait un arrêt pause-café à l'aller comme au retour, quelque soit le co-voiturage choisi.

Mythique encore car, lorsque nous habitions Beauvais, par la suite et que nous venions en Bretagne en vacances avec les enfants, il y avait un sacro-saint arrêt à faire, c'était au "Café de l'Agriculture" à Damville.

 

 

A 8h15, nous quittons Damville et ses puisots, lavoirs le long de l'Iton qui traverse la ville et nous attaquons la longue ligne droite qui nous conduit jusqu'à Saint André de l'Eure. 

Mais dès 9h, une pluie dense et drue s'abat sur nous. Bas de pantalons, chaussures et chaussettes seront à sécher ce soir.

 

 

 

 

 

Lire la suite

19ème étape, Chandai - Damville, 31km : une bonne grosse journée

Josiane et Agnès se disent au revoir
Josiane et Agnès se disent au revoir

Josiane était debout à 7h pour nous préparer le petit  déjeuner. A 7h30, nous prenions la route pour une grosse journée. Une demi-heure plus tard, nous quittions l'Orne pour l'Eure. Il était 8h et nous étions à l'heure !

Lire la suite

18ème étape, La Trappe de Soligny - Chandai (La Gaillardière) 20km : bonté et générosité

L'entrée de l'Abbaye de La Trappe de Soligny
L'entrée de l'Abbaye de La Trappe de Soligny

Hier soir nous avons mangé au restaurant de l'hôtellerie de la Trappe. Nous étions 8 à table. Le repas était en silence, pour pouvoir écouter les lectures faites aux moines pendant leur repas et retransmises par haut-parleur aux hôtes. Nous avons ainsi entendu la lecture du martyrologe pour cette journée du 4 mai. Nous avons eu ainsi connaissance de la dizaine de saints et de saintes que l'Eglise honore en ce 4 mai.

 

 

Ce matin, nous étions debout à 6h afin de prendre notre petit- déjeuner à 6h30. A 7h, nous avons assisté à l'office des Laudes et les moines ont chanté pour nous le Psaume 100 :

- Je chanterai justice et bonté

à Toi, mes hymnes, Seigneur !

J'irai par le chemin le plus parfait.

Quand viendras-tu jusqu'à moi ?

 

Nous nous sommes éclipsés pour prendre la route à 7h30.

 

 

 

 

Lire la suite

17ème étape, Courtomer (L'Aunay) - La Trappe de Soligny, 20km, avec les bénédictions du ciel.

Agnès avec Claire et Antoine ce matin pour notre départ
Agnès avec Claire et Antoine ce matin pour notre départ

C'est une vie de château que nous avons vécue hier soir, chez Claire et Antoine Bozo, dans leur "folie" de L'Aunay. Ancien directeur d'un haras privé, Antoine nous a expliqué les nuances importantes entre les élevages de trotteurs et les éleveurs de galopeurs. Il nous a présenté la bibliothèque du château, construction séparée du bâtiment principal réalisée par l'ancien propriétaire, amateur de théâtre et belles lettres. Ce dernier fit un théâtre de verdure dans lequel se produisit Sarah Bernard.

Pendant ce temps son épouse, Claire, participait à une rencontre "parcours Alpha" à Sées. Elle remettait surtout la clef de l'évêché à son fils, Pierre Antoine, que nous avions oubliée de restituer.

 

La même mésaventure nous était arrivée à Cossé le Vivien et c'était à Jacques à Ahuille, que nous avions confié la délicate mission de réparer l'oubli.

 

Un grand merci Claire et Antoine pour votre chaleureux accueil.

Lire la suite

16ème étape, Sées - Courtomer (L'Aunay), 22km, toujours la Providence !

Repas du soir au presbytère de Sées avec les PP Pierre-Antoine et Pierre-Yves, Dominique et Philippe
Repas du soir au presbytère de Sées avec les PP Pierre-Antoine et Pierre-Yves, Dominique et Philippe

Revenons à hier soir avant de parler d'aujourd'hui.

Avant de se mettre à table, le P Pierre-Antoine nous demande :

-"Où allez vous demain ?

-Nous voudrions rejoindre l'abbaye de Soligny, mais la distance 33-34km dépasse nos capacités physiques. Nous voudrions la couper en 2.

-Mes parents habitent à mi-route de Soligny ; je les appelle."

Voilà pourquoi nous sommes ce soir à L'Aunay, chez M et Mme Bozo, les parents du P Pierre-Antoine.

Toujours hier soir, après le repas auquel s'étaient  joints Dominique et Philippe, le P Bozo nous a signalé que finalement, ce n'était pas au presbytère que nous dormirions, mais à l'évêché.

Alors que nous fermions les portes derrière nous, nous avons eu l'honneur de saluer Mgr Jacques Habert, évêque de Sées qui rentrait dans ses appartements.

Un grand merci Monseigneur pour votre hospitalité. Un grand merci au P Pierre-Antoine pour nous avoir accueillis et guidés pendant 2 jours.

Des pèlerins lambdas qui couchent à l'évêché : c'est à peine croyable !

Et dire qu'un jour, il faudra que l'on retombe de notre petit nuage et qu'on redevienne de simples paroissiens !

Lire la suite

15ème étape (Le Ballu) Le Cercueil - Sées, 18km, encore la Providence

Forêt d'Ecouves
Traversée de la forêt d'Ecouves

Ce matin, nous avons laissé Dominique et Philippe à Le Ballu, en Le Cercueil. Nous avons suivi partiellement leurs précieux conseils pour rejoindre Sées en évitant au maximum la route départementale.

C'est ainsi que nous avons encore cheminé en forêt d'Ecouves, la première forêt domaniale de l'ouest avant Paimpont et avant la forêt du Gavres. Flirtant avec les 400m d'altitude, ce massif est aussi le plus froid de l'ouest.

Lire la suite