Jean III Sobieski

Qui est-il ?

 

Jean Sobieski est né le 17 aout 1629 au château d'Olesko.

Son père est alors voïvode de Ruthénie et Kasztelan de Cracovie 

 Il fait des études de philosophie à Cracovie.  actuelle l’université jagellonne de Cracovie.  Avant d' entreprendre une carrière militaire, il voyage beaucoup en Europe. Il aime la France et épouse Marie-Casimire. Comme militaire, il s'illustre contre  l’Empire ottoman et les autres ennemis de la Pologne.

 

Jean III Sobieski
Jean III Sobieski

Le Roi de Pologne

En 1668, le roi Jean II Casimir le nomme grand hetman (commandant en chef des armées polonaises). À la mort de Jean II, Michael Korybut Wisniowiecki est élu roi de Pologne. Jean Sobieski, se range du côté de l’opposition, ce qui lui vaut une semi-disgrâce, bien vite oubliée par ses nombreux succès contre les Turcs notamment à la bataille de Khotin en 1673, et la mort du roi. Sobieski est à son tour élu roi, quasi unanimement, par les grands électeurs de la szlachta (la noblesse), le 21 mai 1674, et couronné le 2 février 1676.

 

 

En 1668, à l'âge de 39 ans, il est nommé général en chef des armées polonaises par le roi Jean II Casimir. A la mort de ce dernier, il se range dans l'opposition du successeur Michał Wiśniowiecki ce qui lui vaut une mise à l'écart.

Sa victoire contre les Turcs à la bataille de Khotin en 1673 le ramènera en grâce. A la mort du roi en novembre de la même année, les grands électeurs de la noblesse l'éliront comme roi.

Il le restera jusqu'à la mort, le 17 juin 1696, à Varsovie.

 

 

La Bataille de Vienne en 1683

Les catholiques fêtent le Saint Nom de Marie, instituée à Rome en 1683, par Innocent XI, en action de grâce pour la délivrance de Vienne assiégée par les Turcs (12 septembre 1683).

 

Tandis que la Hongrie se révoltait contre les Habsbourgs, les trois cent mille hommes des armées turques conduites par le grand vizir de Mehmed IV, Kara Mustapha Pacha, et guidées par le comte hongrois et protestant Tököly, bloquaient Vienne depuis le 14 juillet 1683. L'empereur Léopold I° (1640-1705) et son beau-frère, Charles de Lorraine, avaient déserté la ville où treize mille hommes attendaient sous le commandement du comte de Sarhenberg.

Innocent XI qui eût voulu former une ligue catholique contre les Turcs, ne put compter que sur l'alliance de Jean III Sobieski  (1624-1696), roi de Pologne depuis 1674, que l'on joignit lors d'un pèlerinage à Ceztokowa dont il partit le 15 août.

Le dimanche 12 septembre 1683, Jean Sobieski servit la messe, communia, arma son fils chevalier et prit le commandement de l'armée catholique où, en plus de ses troupes polonaises, il y avait celles du duc de Lorraine et du prince de Waldeck ; « Aujourd'hui, s'écria-t-il, il y va tout ensemble de la délivrance de Vienne, de la conservation de la Pologne et du salut de la chrétienté entière ! »

Puis, il se mit à la tête des coalisés et chargea en criant : « Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam ! »

Jean III Sobieski lors de la Bataille de Vienne
Jean III Sobieski lors de la Bataille de Vienne

 

Les Ottomans furent battus à Kahlenberg et, dans Vienne délivrée, Jean Sobieski vint se prosterner avec ses généraux devant la statue de Notre-Dame de Lorette vénérée dans l'église des Augustins où l'on chanta un Te Deum ; ce jour-là, on avait fait à Rome une grande procession suivie, malgré sa goutte,  par la pape ; le 24 septembre, le cardinal-vicaire prescrit des sonneries de cloches et des prières d'action de grâces et, le 25 novembre, un décret établissait la fête du Saint Nom de Marie et l'assignait au dimanche dans l'octave de la Nativité de la Bienheureuse Vierge.

 

Innocent XIII étendit la fête du Saint Nom de Marie à l'Eglise universelle en 1721. La fête du Saint Nom de Marie fut placée au 12 septembre par Pie X lors de la grande réforme du  Bréviaire romain.

Un grand roi

Le roi Jean III Sobieski devient un héros national polonais et un héros de la défense du monde chrétien.

Les Turcs le surnommeront :" le Lion du Lechistan".

Le Pape et les dignitaires étrangers l'appelleront : "le Sauveur de Vienne et de la civilisation européenne de l'Est.

Il est enterré dans la crypte de la cathédrale du Wawel à Cracovie.