Saint Stanislas


Il est difficile de démêler le vrai du légendaire concernant la vie de Stanislas. Les sources les plus anciennes le mentionnant sont les chroniques de Gallus Anonymus et de Wincenty Kadłubek, ainsi que deux biographies en latin écrites par Vincent de Kielce. Ces sources ne sont pas fiables car mélangeant le légendaire au factuel.

D’après la tradition, il serait né à Szczepanów, un village situé près de la petite ville de Brzesko, dans le sud de la Pologne. Il serait l’enfant unique d’un couple de pieux nobles, Wielisław et Bogna. Il a d’abord fait des études à Gniezno, dans une école dépendant de la cathédrale. Par la suite, selon plusieurs sources, il a poursuivi des études à Paris ou à Liège.

À son retour en Pologne, il est ordonné prêtre par l’évêque de Cracovie. Il est bientôt chanoine de la cathédrale; l'évêque Lambert Zula en fait son prédicateur officiel. Apprécié également comme conseiller spirituel il est le choix du clergé et du peuple pour succéder à l'évêque défunt. Ce choix est ratifié par Boleslas II le Généreux qui le nomme évêque (1072) Mais Stanislas n’accepte cette charge qu’à la demande explicite du pape Alexandre II. Stanislas devient un des premiers évêques d’origine polonaise.

Conseiller de Boleslas II le Généreux, il a une influence positive sur la politique polonaise. Grâce à lui, un légat romain s’installe en Pologne. Il rétablit également l’archevêché de Gniezno, ce qui était une condition préalable au couronnement royal du duc Boleslas II le Généreux qui a lieu en 1076. Stanislas incite le roi à inviter les Bénédictins en Pologne, pour poursuivre l'évangélisation du pays.

Les raisons du conflit entre l'évêque Stanislas et Boleslas II le Généreux sont mal connues. Selon Wincenty Kadłubek, Stanislas aurait pris la défense de l’épouse infidèle d’un chevalier qui avait accompagné le roi dans sa campagne contre la Russie de Kiev. Le roi avait lourdement condamné cette femme alors que son mari lui avait pardonné. Pour avoir osé s’opposer à la justice royale, Boleslas condamne Stanislas à la peine de mort, de façon à faire un exemple et effrayer ses nombreux opposants. Boleslas, n'hésita pas à massacrer l’évêque Stanislas en plein office religieux alors qu'il se trouvait à l'autel, en 1079, à Cracovie. Selon la tradition le lieu du martyre de saint Stanislas est l'église Saint-Michel-Archange et Saint-Stanislas de Cracovie, aussi appelé en polonais "Skałka".


À Cracovie, la cathédrale du Wawel lui est dédiée. À Cracovie également, un sanctuaire lui est consacré dans l’église des Paulins.

Liturgiquement saint Stanislas est commémoré le 11 avril.